Dot et Tot : le bonnet Shaker

Le bonnet Shaker

Au chapitre 8 de Dot et Tot au Pays Joyeux, il est question d'une femme qui porte un bonnet Shaker. De quoi s'agit il donc ?

Shaker bonnet

Les Shakers sont une communauté protestante issue des Quakers née au début du XVIIIe siècle. Ils trouvent leurs origines dans le prophétisme des camisards des Cévennes pourchassés par les dragons de Louis XIV après la révocation de l'édit de Nantes en 1685.

Shaker dance

Les Shakers en train de danser pendant leurs offices, ce qui était assez inhabuel dans les églises à cette époque. Ils se comportaient un peu comme les Pentecôtistes d'aujourd'hui.

Ils font partie de cette mouvance millénariste qui s'est développée à l'époque. Comme beaucoup de protestants français, ils ont du quitter la France car ils refusaient de se convertir au catholicisme.

Les « prophètes cévenols » se sont d'abord exilés en Angleterre, à Londres notamment, où ils ont d'abord trouvé un accueil favorable parmi les protestants anglais.

Mais rapidement leur austérité radicale, plus extrême encore que le puritanisme que les Anglais pratiquaient depuis le milieu du XVIIe siècle, les ont rendus suspects aux yeux des autorités.

Comme beaucoup de branches protestantes de cette époque, les « prophètes cévenols » dont le principal était Élie Marion, remettaient l'ordre établi en question, ce qui ne fut pas sans créer des troubles.

Elie marion

Élie Marion

Les Cévenols, ainsi que certains adeptes anglais, proclamaient en public leurs prophéties, dans un style très bruyant et expressif. C'est alors qu'on leur a donné le surnom d'agités, shakers en anglais.

En 1774, persécutés par les autorités anglaises, les Cévenols, rejoints par un certain nombre d'Anglais, quittèrent l'Angleterre pour rejoindre la Nouvelle-Angleterre.

À la suite de nombreux puritains anglais, et d'autres groupes pourchassés pour leurs opinions religieuses, ils voyaient dans la colonie britannique une nouvelle Terre Promise leur permettant de vivre pleinement leur foi. Ils s'installèrent donc en communautés villageoises. Leurs mœurs était très austères et la propriété privée était interdite.

Leur mouvement connut un succès assez rapide, l'apogée des Shakers se situe au milieu du XIXe siècle, ils comptaient alors environ 25 villages et 4 000 membres. Mais ils ont vite décliné, à l'époque de Baum, il en restait encore pas mal, mais aujourd'hui il n'y en a plus que trois qui vivent à Sabbathday Lake (Maine)1.

Shakers southunion ky

Une communauté Shaker en 1883

Leur doctrine religieuse était basée sur la tolérance, on ne connaissait ni racisme ni sexisme chez eux, c'était une secte protestante qui avait beaucoup de points communs avec les ordres monastiques catholiques, les Shakers suivaient la règle des trois "C" : Célibat, Communauté et Confession, comme ils n'avaient pas d'enfants, ils ne perduraient que par conversions, qui se firent de plus en plus rares avec le temps.

Ce qui les a rendus populaires, c'est leur design, en architecture, en ameublement, en vêtements... d'ailleurs, avec leur style très dépouillé, résolument utilitaire, un peu comme les bouddhistes Zen du Japon, certains concepteurs ont vu en eux les précurseurs du minimalisme des années 50. 

Shaker village 6

L'intérieur d'une maison Shaker

Leur habillement a influencé la mode dans leur temps, ainsi, beaucoup de femmes non-Shakers portaient ces fameux bonnets Shakers dont il est question dans Dot et Tot.

Shaker bonnet2

 

1À l'heure où j'écris ces lignes, je viens d'apprendre la mort d'une de ces trois authentiques Shakers ; Sœur Frances Carr décédée à l'âge de 89 ans le 2 janvier 2017, il ne reste plus que Frère Arnold Hadd âgé de soixante ans et la Sœur June Carpenter âgée de soixante dix huit ans, cette secte est condamnée à la disparition, malgré les efforts de ses derniers membres pour la ranimer.

Sœur Frances Carr

------------------------------------------------------------------------

Baum et son tempsb

Baum et son temps

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire