Dot et Tot au Pays Joyeux - Chapitre 12

Prince Tot et Princesse Dot

<< Chapitre 11 - Sommaire - Chapitre 13 >>

Dot et tot 12 1

« Maintenant, » dit la Reine, « venez à la salle du trône pour y être adoptés. »
Elle les conduisit à un magnifique appartement, grand et vaste, avec un plafond parsemé de pierres précieuses. Au centre de la pièce se trouvait le magnifique trône de la Reine.
En s'asseyant parmi les coussins du siège royal, sa Majesté agita une clochette qui fit accourir Coquille.
« Faites venir tous mes gens, aussi vite que possible, » ordonna la Reine du Pays Joyeux, « je vais accomplir une cérémonie très importante, et ils doivent en être témoins. »
Coquille s'inclina avant de se retirer, et la poupée de cire se tourna vers Dot et Tot : « je n'ai jamais adopté qui que ce soit auparavant, » dit elle, « je ne sais donc pas quel genre de cérémonie je dois accomplir, mais je ferai de mon mieux, j'espère que vous serez satisfaits. »
« Je pense que nous le serons. » répondit Dot.
« Çà fait mal ? » demanda Tot.
« Quoi donc ? »
« D'être 'dopté. »
« J'espère que non, » répondit la petite Reine, « j'irai doucement. »
Les membres de la maison entrèrent dans la pièce, les enfants constatèrent qu'ils étaient nombreux.
C'étaient tous des poupées de différentes sortes, mais Dot remarqua que la Reine était la seule poupée de cire de la Vallée, pour ce qu'elle avait pu en voir.

Dot et tot 12 4Dot et tot 12 3

Parmi les poupées domestiques, les cuisiniers étaient noires, les femmes de chambre étaient en porcelaine et les autres avaient l'air d'être en bois, cependant, l'une des plus anciennes était en papier mâché.
Elles s'agenouillèrent toutes en demi cercle devant la Reine et gardèrent cette humble posture durant toute la cérémonie d'Adoption.
Son Altesse prononça un discours, dans lequel elle raconta comment ces étrangers avaient été amenés accidentellement au Pays Joyeux.
« Ce n'était pas leur faute, » dit elle, « en consultant ma machine à penser, j'ai su que j'avais le choix entre deux options ; ou bien je les transformais en poupées avec ma baguette magique, ou bien les adopter comme mes enfants. Ils sont tellement plus grands et plus beaux que des poupées que j'ai choisi de les adopter, c'est pourquoi j'ai convoqué tous mes gens pour être témoins de cet évènement. »
Les domestiques de la maison applaudirent ce discours bruyamment, et l'une des femmes de chambre frappa si fort des mains qu'elle se cassa un petit doigt.

Dot et tot 12 5

« Dot Freeland, » dit la Reine d'un ton solennel, « agenouille toi devant mon marchepied. »
Dot était un peu intimidée, car elle n'avait jamais entendu la Reine parler de cette manière, d'habitude, elle avait toujours un ton joyeux, alors elle obéit et la souveraine lui mit sur la tête une petite couronne en or à cinq pointes, chacune d'elle ornée d'une pierre étincelante, puis elle dit :

Par cette couronne sur ton front
Te voila maintenant Princesse
De tous les habitants du Pays Joyeux
Chacun doit s'incliner devant toi
Ma fille désormais tu seras
Que ta vie soit longue et heureuse
Relève toi, ma belle Princesse
À ma droite viens prendre place

Dot se releva et vint s'asseoir à la droite de la Reine, tandis que les gens de la maison applaudissaient à nouveau, mais cette fois, les femmes de chambre en porcelaine firent attention à leurs doigts.
La fillette avait hâte de retirer sa courinne pour la regarder, mais elle sentait que cela aurait été mal vu, alors elle s'assit calmement comme se doit de le faire une princesse tandis que Tot s'agenouillait à son tour devant le marchepied de la Reine.
La poupée-fée plaça une couronne presque exactement pareille que celle de Dot sur sa tête et lui dit de sa douce voix :

Par cette couronne
Moi, la Reine, je proclame
Que tu seras un prince
De notre bienheureux Pays Joyeux
Le bonheur sera ton lot
Tous tes problèmes seront oubliés
Relève toi, Prince Tot, car désormais
Tu seras mon fils bien aimé !

Dot et tot 12 6

Tot repoussa la couronne à l'arrière de sa tête, comme il le faisait d'habitude avec son chapeau, et vint s'asseoir à la gauche de la Reine.

L'assemblée poussa une longue et bruyante acclamation, et dans ce brouhaha, le capitaine de bois entra à la tête de l'orchestre de soldats de plombs, qui jouaient si fort que toute la salle du trône fut envahie de musique.

Dot et tot 12 2

Tout ceci emplit la Princesse Dot et le Prince Tot de ravissement, ils ressentaient de la fierté et de la gratitude envers la généreuse Reine.
Étincelle et Coquille se mirent à servir des crèmes glacées couleur lavande à tous ceux qui assistaient à la Cérémonie d'Adoption, tandis que la fanfare de soldats de plombs quittaient la salle.
Puis la Reine emmena Dot et Tot au salon du palais, où les enfants purent à loisirs la remercier et admirer leurs magnifiques couronnes. La poupée de cire sourit tendrement en les regardant et avait aussi heureuse qu'eux de la réussite de cette cérémonie.
Peu après, Dot demanda : « il n'y a personne dans les maisons du village ? »
« Si, Princesse, » répondit Son Altesse, « il y a plein de monde qui y habite. »
« Mais on n'a vu personne, à part les poupées qui vivent dans ce palais. » fit remarquer l'enfant.
« C'est vrai, » admit la Reine, « j'étais tellement occupée depuis votre arrivée que je n'ai pas eu le temps de les réveiller. »
« Ils dorment ? » demanda Tot.
« Pas vraiment, » répondit la Reine, « ce sont des poupées, comme nous tous dans cette Vallée, et ils ne s'animent que quand je les ramène à la vie avec ma baguette magique. À une époque, je les laissais s'ébattre en permanence, mais c'était une tâche tellement ardue de les gérer tous en même temps que maintenant, je les laisse reposer dans leurs maisons jusqu'à ce que j'ai envie de me distraire avec leurs tours. Je n'ai qu'à agiter trois fois ma baguette et pousser mon sifflement magique pour réveiller tout le village. Mais après, je passe tout mon temps à les surveiller pour les empêcher de faire des bêtises.  »

« Çà m'a l'air d'une bonne façon de diriger, » dit Dot en réfléchissant, « si tous les rois et les reines faisaient la même chose avec leurs peuples, il y aurait moins de conflits et de guerres. »
« C'est vrai, » répondit la Reine en riant, « mais les gens du monde extérieurs faits de chair comme vous n'aimeraient pas être traités ainsi. Voulez vous que je réveille mon village ? »
« Oh oui ! » s'exclama Dot.
« Bien, je vais faire apprêter nos équipages pour descendre au village. »
La Reine appella Coquille et l'envoya préparer trois calèches. « dans la calèche royale, » expliqua-t-elle à Dot et à Tot, « il y a de la place juste pour moi, et il n'y en a pas de plus grande dans la Vallée, nous devrons conduire chacun la nôtre. »
Peu après, trois calèches, tirées par des chevaux sur plate-formes à roulettes et conduites par des poupées de chiffons vêtues de la livrée royale rose et bleue arrivèrent devant la grille du palais.
Dot eut du mal à se serrer dans son véhicule un peu trop étroit pour sa taille, quand elle y fut parvenue, elle eut peur qu'il ne se renverse ou que les roues ne cassent. Étant plus petit, Tot n'eut aucun mal à s'installer, la calèche était juste à sa taille, comme c'était un garçon et plus jeune de surcroît, il ne craignait pas les accidents.
Puis les cochers firent claquer leurs fouets et le convoi se mit en route, la Reine en tête suivie de Dot et de Tot en bout de file. Lorsqu'ils arrivèrent dans la rue principale du village, il s'arrêtèrent le long d'un trottoir et la Reine dit :
« Maintenant, je vais les réveiller. »
Elle agita sa baguette magique trois fois au dessus de sa tête et souffla dans son sifflet magique.

Dot et tot 12 8

Aussitôt, un tumulte s'éleva, les portes et les fenêtres s'ouvrirent, et une foule de poupées de toutes sortes et de toutes tailles sortirent en trombe des maisons.
Il y en avait en porcelaine, en biscuit, en bois, en papier mâché, en chiffons et en caoutchouc, avec des cheveux blonds, bruns, blanc et des teintes de peau allant du rose clair au noir le plus foncé.
Certains étaient vêtus avec élégance, d'autres portaient des haillons, mais ils avaient tous l'air de bonne humeur. Ils couraient çà et là en chantant, en dansant ou en bavardant les uns avec les autres avec autant d'insouciance que s'ils n'avaient pas été endormis aussi longtemps par leur Reine.

Dot et tot 12 7

« Je n'arrive pas à comprendre comment vous faites pour que les poupées agissent comme des vraiens personnes. » dit Dot, fascinée en les regardant.
« J'en suis consciente, » répondit son Altesse, « mais si vous étiez une fée comme moi, çà vous semblerait évident. »
La Reine descendit de sa calèche et entra dans un joli petit chalet non loin de là, Dot la suivit jusqu'à la porte et jeta un œil à l'intérieur, il y avait une énorme boîte à musique qui occupait tout le bâtiment.
« Je vais la mettre en route, » dit la Reine, « mes poupées adorent danser. »

Dot et tot 12 9

Elle actionna un levier et aussitôt, la grande boîte à se mit à jouer une musique entraînante.
Dot se précipita dehors et elle vit les rue remplies de poupées en train de danser joyeusement sur l'envoûtante mélodie.
« Voilà, » dit la Reine au bout d'un moment, « elles se sont assez amusées pour aujourd'hui, je vais les renvoyer dormir. »
Elle agita sa baguette et aussitôt, la musique s'arrêta. Les poupées cessèrent de danser et commencèrent à se souhaiter bonne nuit les unes aux autres.
La Reine agita sa baguette une deuxième fois, et les poupées se hâtèrent de réintégrer leurs demeures, puis toutes les portes et les fenêtres se refermèrent.
Mais Dot et Tot entendaient toujours les poupées rire et bavarder, alors la Reine agita sa baguette une troisième et dernière fois, et le silence retomba sur le village. Puis son Altesse se tourna vers le enfants et leur dit :
« Maintenant, elles sont profondément endormies, et elles le resteront jusqu'à ce que je les réveille à nouveau. »

« Elles sont jolies, ces poupées, » dit Dot qui soupirait  en voyant le spectacle prendre fin, « j'amerais bien pouvoir jouer avec toute la journée. »
« Il m'arrive de les maintenir éveillées toute la journée, »  répondit la Reine, « quand je me sens seule et que j'ai besoin de distracttion, on ne peut pas s'ennuyer quand ces poupées malicieuses ne dorment pas. Mais je dois parler avec mon nouveau Prince et ma nouvelle Princesse ce soir, c'est pourquoi je ne peux consacrer que peu de temps à mon peuple, et je ne l'ai réveillé pour satisfaire votre curiosité. »
« Je peux pas avoir une poupée ? » demanda Tot en revenant vers le palais.
« Si, mon cher Prince, » répondit la Reine, « je vous donne Coquille, vous verrez, il est très utile, en plus, c'est un excellent camarade de jeu. »
Tot hocha la tête pour lui faire comprendre qu'il la remerciait. Ils ne tardèrent pas à arriver au palais et ils accompagnèrent la Reine à sa chambre. Lrosqu'ils furent assis, la poupée de cire déclara : « demain, je dois vous laisser, car je vais m'absenter un moment. »
« Où allez vous ? » demanda Dot, que cette annonce avait surprise.
« Je vais remonter la rivière jusqu'à la limite du Pays Joyeux, là où vous avez pénétré dans la Première Vallée. Comme vous avez trouvé un moyen pour passer du grand monde extérieur à mon royaume, je crains que d'autres ne fassent pareil. Pour empêcher cela, je dois rencontrer le Chien de Garde du Pays Joyeux et lui expliquer comment empêcher quiconque de franchir l'arcade. » «  »
« Vous savez, le Chien de Garde est incapable d'empêcher les gens d'entrer, » dit Dot, « il est trop gentil et trop poli pour çà. Quand on lui a dit qu'on se fichait de son interdiction de passer, çà lui a fait de la peine, mais il n'a rien fait pour nous arrêter. »
« Voila pourquoi je dois aller le voir, » répondit la Reine, « dorénavant, le Chien de Garde devra s'asseoir au dessus de l'arcade, et si quelqu'un refuse de lui obéir et tente de la franchir, le vieil homme devra sauter dans la rivière et dès qu'il aura touché l'eau, il se transformera en gros rocher qui bloquera le passage et empêchera quiconque de pénétrer dans mon royaume. »

Dot et tot 12 910

« Ah bon, » dit Dot, « en fin de compte, le Chien de Garde sert à quelque chose ? »
« Je l'espère. » répondit la Reine.
« Mais qu'est ce qu'on va faire pendant que vous serez partie ? » demanda la fillette, un peu inquiète.
« Vous pouvez jouer dans le palais, tout mon personnel est à votre service, car vous êtes maintenant Prince Tot et Princesse Dot du Pays Joyeux, et votre autorité égale la mienne. »
« Super ! » dit Tot.

Étincelle conduisit Dot à sa chambre et l'aida à se coucher. L'édredon cousu de diamants était plutôt lourd pour dormir, Étincelle la replia au pied du lit et recouvrit la fillette d'une couverture de mousseline à la fois chaude et légère.
Tot rejoignit sa chambre des rires avec Coquille, qui l'aida à se déshabiller et lui enfila une chemise de nuit en soie rose. Tot voulait que la porte entre sa chambre et celle de Dot reste ouverte, Coquille fit ainsi qu'il lui avait demandé et les enfants se souhaitèrent bonne nuit l'un l'autre.
Dès que Dot se fut allongée, un chœur de fées entonna une chanson douce. Quant à Tot, quand il se fut glissé entre les draps, des rires d'enfants résonnèrent comme un carillon répondant en rythme au chant qui venait du lit de Dot.
Tout cela était si paisible et si relaxant qu'en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, les enfants avaient fermé les yeux et dormaient profondément, rêvant des merveilles du Pays Joyeux.

<< Chapitre 11  - Sommaire - Chapitre 13 >>

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.