Dot et Tot au Pays Joyeux - Chapitre 5

Le Chien de Garde du Pays Joyeux

<<  Chapitre 4 - Sommaire - Chapitre 6 >>

Dot et tot 5 1

Bien sûr, devant quelque chose d'aussi exceptionnel, Dot ne prêta pas attention à la demande du petit garçon.
On aurait tout le temps de manger une fois qu'on serait sorti de ce tunnel et qu'on serait en sécurité.
Le bateau glissait sur l'eau avec la grâce d'un cygne, au bout de quelques minutes, il passa au milieu des roches pointues à la sortie du tunnel et se retrouva à l'air libre, au milieu d'une large rivière.
Aussitôt, Dot et Tot se mirent debout sur le siège et regardèrent autour d'eux.
Ils se trouvaient dans une profonde vallée, dont la forme rappelait beaucoup un saladier, mais les bords étaient longés par de hautes montagnes aux pics acérés. Pas un seul arbre, rien de vert en vue, la vallée était couverte d'une épaisse couche de pierres - des grandes, des petites, des pierres de toutes les tailles - partout et aussi loin que portait le regard.
La grande rivière bleue traversait le centre de la vallée, le bateau était encore en amont, et en aval , les enfants aperçurent une arcade assez basse sous laquelle passait l'eau, ce passage menait sans doute à une contrée située au delà.
Le bateau flottait très lentement en direction de l'arcade, aussi, Dot décida qu'ils avaient le temps de manger quelque chose pendant qu'ils traversaient la vallée de pierres.
« Autant continuer comme çà, Tot, » dit elle en apprêtant le repas, « çà n'a pas l'air d'un endroit agréable ici, si on descend là et qu'on essaie de continuer à pieds, on sera jamais capable de franchir ces hautes montagnes.  »
« On pourra jamais. » acquiesça Tot en mordant dans son sandwich.
« Quel endroit sinistre, » continua-t-elle, en regardant les alentours, « j'ai l'impression que personne n'y est jamais venu, on n'a qu'à lui donner un nom, comme le font les explorateurs, appelons le Val Pierreux. »
« D'accord, » répondit Tot d'un air satisfait. Puis il pointa le doigt vers quelque chose qui bougeait au milieu des pierres. « Regarde ! » dit il, « t'as vu le drôle de bonhomme ? »
« C'est vrai, çà, tu as raison, Tot ! » s'exclama la fillette en regardant dans cette direction, « non, c'est pas un bonhomme, c'est un ours. »
« Un ours ! » répéta Tot, les yeux écarquillés, « quel drôle d'ours ! »
Au milieu de la vallée, ils virent une créature hirsute assise sur un rocher. Apparemment, elle avait une forme humaine, comme l'avait d'abord supposé Tot, mais elle était recouverte d'une longue et épaisse fourrure qui faisait penser à Dot que c'était un ours.

Dot et tot 5 2

Quoi que ce fut, la créature était bien vivante et elle avait aussi aperçu le bateau, elle avait alors sauté de son rocher et vint vers la rive en bondissant de pierre en pierre, elle était si rapide que sa longue fourrure voletait derrière elle dans le vent.
Le courant entrainait le bateau directement vers la berge, et bientôt, l'avant toucha les graviers de la rive avec douceur. Pendant ce temps, l'étrange créature s'était approchée et s'était assise sur une grande pierre à quelques mètres d'eux.
Maintenant qu'ils le voyaient de près, Dot et Tot virent que ce qu'ils avaient pris pour un ours était un vieil homme, avec une barbe, des moustaches et des cheveux tellement longs qu'ils descendaient jusquà ses pieds, et ils auraient été encore plus longs si les pierres du sol n'en avait usé le bout.
On ne voyait pas une seule partie de son corps, la toison de poils blancs le recouvrait entièrement comme une robe, à l'exception du haut de son crâne, qui était chauve et lisse. Sa fourrure était si épaisse que, quand il écartait les bras, seuls ses mains et ses poignets parvenaient à sortir de cette masse de poils.
La singulière apparence de cet étrange personnage surprit les enfants, au point qu'ils restèrent là, à le regarder sans pouvoir dire un mot.
De son côté, l'homme poilu était aussi surpris qu'eux, ce fut lui qui parla en premier d'une voix douce et mélancolique :
« Qui êtes vous, étrangers ? »
"I'm Dot, sir," answered the girl. "Dot Freeland."
« Je m'appelle Dot, monsieur, » répondit la fillette, « Dot Freeland »
« Dot Filande. » répéta Tot.
« Et voici mon ami, Tot Thompson. » continua-t-elle.
« Je m'appelle Tom Tompum. » dit gravement Tot.
« Bien, » répondit l'homme, « je suis très honoré de faire votre connaissance, je suis le Chien de Garde du Pays Joyeux. »
« Quel drôle de nom ! » s'exclama Dot, « pourquoi on vous appelle comme çà ? » «  »
« Parce qu'on m'a mis ici pour empêcher quiconque de passer sous l'arcade au dessus de la rivière qui mène dans les vallées propsères du Pays Joyeux. »
"How can you keep them from passing through?" asked the girl.
« Comment vous faites pour empêcher les gens de passer dessous ? » demanda la fillette.
« Eh bien, je leur dis qu'ils ne le doivent pas, bien sûr »

Dot et tot 5 3

« Mais s'ils ne tiennent pas compte de ce que vous leur dites, que faites vous alors ? »
Le vieil homme parut embarrassé et il secoua lentement la tête.
« C'est sûr, je ne sais pas ce que je ferais dans ce cas, » répondit il, « voyez vous, personne n'est jamais venu ici depuis qu'on m'a ordonné de garder l'entrée du Pays Joyeux. »
« Çà fait combien de temps que vous êtes là ? » lui demanda Dot.
« À peu près trois cent ans, je crois, j'ai un peu perdu la notion du temps. » «  » «  »
« Çà vous arrive de mourir ? » demanda Tot, qui se posait la question à cause de son grand âge.
« Non, cela ne m'est pas encore arrivé. » répondit le vieil homme d'un air pensif.
« Mais çà va vous arriver, n'est ce pas ? » insista le petit garçon.
« Ma foi, peut être bien, si la Reine m'y autorise. » répondit il.
« Qui est la Reine ? » demanda Dot.
« Celle qui dirige le Pays Joyeux. » répondit il.
Il y eut un moment de silence, pendant que Dot et Tot observaient le vieil homme poilu qui les observait.
Dot brisa le silence en demandant : « que faites vous dans cet endroit isolé, où vous n'avez personne à qui parler ? »  
« Eh bien, la plupart du temps, je monte la garde, comme l'exige mon devoir, et quand je me sens seul, je compte es poils de barbe. »
« Ah bon ? » dit Dot, alors, par curiosité, elle lui demanda : « et combien de poils avez vous dans votre barbe ? »
« Eh bien, » répondit le Chien de Garde du Pays Joyeux sur le ton de la confidence, « il y en a quatre vingt sept mille quatre cent vingt six, ou quatre vingt sept mille quatre cent vingt huit, des fois je pense que c'est le premier chiffre qui est exact, des fois je pense que c'est l'autre. J'étais en train de compter mes poils de barbe quand j'ai aperçu votre bateau, j'en avais compté soixante neuf mille trois cent cinquante quatre, mais j'étais tellement surpris de vous voir que j'ai perdu le compte et je vais être obligé de tout recommencer. »

Dot et tot 5 4

« Je suis désolée. » dit Dot en compatissant, « j'aurais aimé connaitre le chiffre exact. »  
« Si vous voulez bien attendre un moment, je vais les recompter. » s'empressa-t-il de répondre, « vous pourrez peut être me dire si je me suis trompé. »
« Combien de temps çà va prendre ? » demanda-t-elle.
« À peu près quatre mois. »
« Désolée, nous ne pourrons pas attendre aussi longtemps, » dit la fillette, « nous allons devoir y aller, maintenant. » «  »
« Où allez vous donc ? » demanda-t-il.
« Il n'y a qu'un seul trajet possible pour nous, passer sous l'arcade pour entrer dans le Pays Joyeux, comme vous l'appelez. Nous n'avons pas assez de force pour remonter la rivière avec le bateau, nous devons suivre le courant où qu'il aille. »

« Ce sera pour moi une terrible disgrâce, » dit le Chien de Garde du Pays Joyeux d'une voix solennelle, « si vous m'échappez, que va dire la Reine, en sachant que j'ai monté la garde ici pendant trois cent ans sans voir personne, et soudain, que j'ai permis aux premiers étrangers qui se sont présentés de franchir l'arcade ? »
« Je ne vois pas comment elle pourrait vous blâmer, » répondit Dot, « vous avez dit vous-même que vous seriez incapable de nous arrêter si on vous ignorait, la Reine ne peut que nous blâmer de ne pas vous avoir obéi. »
« Mais c'est vrai, çà ! » dit allègrement le vieil homme.
« Vous en voulez un morceau ? » demanda Tot en lui tendant une tranche de gâteau.
« Çà alors ! » s'exclama le Chien de Garde en la prenant  dans sa main et l'examinant avec curiosité.
« Mangez, » lui dit Tot, « vous allez voir, c'est bon. »
« Mais je ne peux pas manger, » répondit le vieil homme, « je ne sais pas comment on fait, je n'ai jamais rien mangé de ma vie. »
« Même pas quand vous étiez petit ? » demanda Tot, étonné.
« Eh bien, j'ai oublié ce qui s'est passé quand j'étais petit, çà remonte à tellement longtemps, » répondit l'homme, « mais actuellement, je ne ressens jamais le besoin de manger, et même si c'était le cas, il n'y a rien d'autre à dévorer que des pierres dans cette vallée. Je suppose que chez vous, manger est une habitude que vous avez prise, pourquoi n'essayez vous pas d'arrêter ? »
« Parce que j'ai faim. » répondit Tot.
« La faim doit être aussi une habitude, » remarqua le vieil homme, « car çà ne m'est jamais arrivé depuis que je suis dans cette vallée. Cependant, permettez moi de garder ce morceau de gâteau, je pourrai me distraire en le regardant quand j'en aurai assez de compter mes pils de barbe. »
« Il n'y a pas de problème, » dit Dot, « mais je vous demande de nous excuser, car nous devons repartir. »
« Oh, je ne veux pas vous retenir, » répondit poliment le Chien de Garde du Pays Joyeux, « c'est à dire, si vous avez décidé de désobéir à mes ordres. »  
« J'ai bien peur que nous le devions, » dit la fillette, « le Pays Joyeux se trouve de l'autre côté de cette arcade ? »
« En partie, » répondit le vieil homme, « il y a sept vallées au Pays Joyeux, reliées entre elles par des arcades sous lesquelles passe la rivière. »
« Qu'y a t il au delà de la Septième Vallée ? » demanda Dot.
« Personne ne le sait, hormis ceux qui y sont allés, et ceux qui y sont allés n'en sont jamais revenus »  
« Eh bien, au revoir. » dit Dot.
« Au revoir ! » répéta Tot.
« Au revoir. » répondit le Chien de Garde.

Dot et tot 5 5

La fillette prit la rame restante et s'en servit pour pousser le bateau de la rive. La petite embarcation se mit à glisser tout doucement sur la rivière et suivit le courant en direction de l'arcade.
Dot et Tot s'assirent sur le siège et regardèrent le sympathhique vieux monsieur jusqu'à ce qu'une ombre les recouvre et attire leur attention sur le fait qu'ils passaient sous l'arcade, et qu'ils pénétraient dans la Première Vallée du Pays Joyeux.

 

Dot et tot 5 6

<<  Chapitre 4 - Sommaire - Chapitre 6 >>

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

emerald-cityof-oz.jpg

×