Dot et Tot au Pays Joyeux - Chapitre 9

La Troisième Vallée

<< Chapitre 8 - Sommaire - Chapitre 10 >>

Dot et tot 9 1

Alors que le bateau glissait doucement sous l'arcade conduisant à la Troisième Vallée, les enfants perçurent une musique douce et apaisante. Bientôt, les rochers pointus qui les entouraient disparurent derrière eux, et ils se retrouvèrent dans une contrée ensoleillée, d'aspect paisible et souriant.
Sur le moment, Dot eut l'impression que toute la Vallée était recouverte d'un tapis moelleux, mais elle constata bientôt que c'était une mousse épaisse aux reflets veloutés qui poussait partout.
Çà et là, il y avait de grands arbres dont le feuillage s'étendait sur une grande surface, ils donnaient des fleurs magnifiques, dont le parfum délicat emplissait l'atmosphère des lieux.
Par sa forme de coupe aux pentes très douces, la Vallée s'offrait aux rayons du soleil dont elle était inondée.
Le panorama était vraiment plaisant, mais ce qui causa la plus grande surprise aux enfants, ce furent ces centaines de bébés tout nus, étendus sur la mousse moelleuse.
Certains suçaient leurs pouces minuscules, tandis que d'autres agitaient leurs bras et leurs jambes potelées en gazouillant joyeusement.
La brise qui soufflait doucement dans les arbres produisait la musique que Dot et Tot avaient entendue, mais le son était très bas et ressemblait à une berceuse pour endormir les bébés.

Dot et tot 9 2

Certains de ces petits dormaient alors que le bateau s'approchait, ils avaient l'air paisibles tout à fait à leur aise, ainsi pelotonnés sur la mousse, mais d'autres étaient bien réveillés et d'humeur à jouer, mais aucun d'entre eux ne pleurait ni n'était de mauvaise humeur.
Cependant, les bébés n'étaient pas les seuls habitants de cette étrange Vallée. Parmi eux, il y avait plusieurs Cigognes aux longues jambes et à l'air solennel, leur plumage était d'une pure blancheur avec des tâches noirs sur les ailes. Elles se conduisaient comme des nourrices et des gardiennes pour les bébés, de temps en temps, elles remplissaient des biberons de lait qui coulait d'une fontaine, et elles les plaçaient près des nourrissons qui avaient l'air d'avoir faim.
Cette fontaine, qui se trouvait à peu près au centre de la Vallée, lançait des jets de lait frais qui retombaient en courbes grâcieuses dans un bassin de marbre blanc. Des biberons étaient rangés sur une grande étagère sur le côté, à la disposition des Cigognes.
Tandis que Dot et Tot observaient cet étrange spectacle, si différent de ceux qu'ils avaient vus dans les autres Vallées. Le bateau fut entraîné vers la rive, quelques cigognes, intriguées, étaient descendues sur la berge pour les regarder.
Alors, l'un de ces grands oiseaux aux longues pattes leur adressa la parole d'une voix douce et agréable : « pourquoi êtes vous venus dans notre Vallée ? » demanda-t-elle, « vous êtes trop vieux pour être des bébés. »
« Non, nous ne sommes pas des bébés, » s'empressa de répondre Dot, « nous sommes grands, et nous sommes arrivés ici par accident, dans quelques minutes, nous repartirons pour la Vallée suivante. »
« Ah, » fit la Cigogne, « très bien. »
Après un moment de silence, l'enfant demanda : « c'est du lait que je vois dans cette fontaine ? »

Dot et tot 9 3

« Tout à fait, » répondit la Cigogne, « nous nous en servons pour nourrir les bébés. »
« Est ce... est ce que je peux en avoir un peu ? » demanda Dot, qui avait soif à force de manger toutes ces sucreries.
« Mais bien sûr, mon enfant ! Bien sûr que tu peux en avoir, nous en avons en abondance. Descendez donc sur la berge, mais faites attention de ne pas marcher sur les bébés. »
« Moi aussi je veux du lait ! » s'écria Tot, qui, jusque là, était tellement étonné d'entendre parler un oiseau, qu'il avait gardé le silence.
« Vous pouvez en boire tous les deux autant que vous voulez. » répondit la Cigogne d'un ton amical.
Les enfants descendirent alors sur la berge et arrimèrent le bateau pour l'empêcher de dériver sans eux. Puis, en se tenant par la main, ils suivirent la Cigogne sur la mousse satinée jusqu'à la fontaine. Il n'y avait pas de tasses, Dot et Tot durent donc en boire au biberon, mais il n'avaient jamais goûté de meilleur lait.
Pendant qu'elle buvait, Dot regarda le ciel et vit quelque chose qui lui fit pousser un cri de surprise. Un bouton de fleur laineux flottait haut dans le ciel, en dérivant comme une touffe de duvet, et semblait descendre doucement vers la Vallée.
« Qu'est ce que c'est que çà ? » demanda la fillette intriguée.
« Çà ? » répondit la Cigogne qui tourna un œil vers le ciel en penchant la tête de côté, « eh bien, c'est une fleur de bébé, bien sûr. »
« C'est quoi une fleur de bébé ? » demanda Dot.
« Attendez un peu et vous verrez. » répondit la Cigogne.
L'objet blanc descendit lentement et atterrit doucement sur la mousse, à quelques pas de Dot et Tot. Alors un pétale se déplia, puis un autre et un autre encore jusqu'à laisser voir un beau bébé endormi au centre de la fleur.

Dot et tot 9 4


Tandis que les enfants restaient muets de surprise devant ce spectacle, les pétales se fânèrent et disparurent instantanément, alors le nouveau bébé roula sur la mousse et il ouvrit ses grands yeux bleus.

« Il doit avoit faim après ce long voyage, » dit la vieille Cigogne, puis elle remplit un biberon à la fontaine, le porta au bébé dans son long bec et commença à le nourrir en fredonnant cette berceuse :

Dot et tot 9 6

Fais dodo, mon petit
Douce fleur du ciel
Fais de beaux rêves
Tu as la vie devant toi
Bientôt tu t'assoupiras
Bientôt, tu seras choyé et gâté
Contre la poitrine de ta maman
Qui va t'adorer

Le bébé regarda la Cigogne en souriant, puis ses se fermèrent et il s'endormit, tandis que Tot, qui avait assisté à la scène avec un grand intérêt, demanda à voix basse : « est ce que tous les bébés viennent du ciel ? »
La vieille Cigogne ne semblait pas avoir entendu sa question, mais un autre oiseau, en train de remplir des biberons à la fontaine, répondit :
« Bien sûr que oui. »
« Normalement, l'endroit devrait être surpeuplé à force, » dit Dot, qui avait le sens pratique, « il y a déjà une deuxième fleur qui arrive. »
« Deux ! » corrigea Tot en regardant le ciel.
En effet, deux autres fleurs de bébés arrivaient en flottant dans le ciel d'un bleu d'azur, les enfants les virent se poser doucement sur la mousse et ouvrir leurs pétales, révélant deux autres bébés tout roses.
D'une voix roucoulante, la Cigogne près de la fontaine entonna une drôle de chansonnette dont Dot entendit quelques mots :

Dot et tot 9 5

Crou crou, crou crou !
Un bébé nait à chaque minute
Rien de plus beau qu'un bébé joufflu
Certains en veulent un ou deux
D'autres n'en veulent pas
En voila un autre !
Chaque bébé tombe en son temps
Crou crou, crou crou !
Les bébés sont des fleurs qui tombent
Comme tombe la rosée

À ce moment là, la Cigogne la plus âgée, qui avait l'air d'être la chef des nourrice, s'approcha de la fontaine et dit à un des oiseaux : « Il est temps d'emmener un de ces bébés dans le monde, ils arrivent de plus en plus vite, aujourd'hui, et nous devons faire de la place pourles nouveaux. »
« Bien ! » répondit l'autre Cigogne. Ils avancèrent parmi les bébés et en choisirent un, grand et fort, qui était profondément endormi. La Cigogne la plus âgée le ramassa délicatement et le mit sur le dos de l'autre oiseau, en lui faisant placer ses petits bras autour du long cou effilé.
Alors la Cigogne étendit ses grandes ailes, puis elle s'envola, emportant le bébé avec elle dans le monde extérieur, au delà des limites de la Vallée où elle fut bientôt hors de vue.

Dot et tot 9 7

« C'est ainsi que nos évitons la surpopulation dans notre Vallée. » dit la vieille Cigogne.
« Vous pensez, » demanda Dot, « que j'ai vécu ici quand j'étais bébé ? »
« C'est fort probable, » répondit l'oiseau, « mais je ne peux pas me rappeler de tous les bébés, bien sûr, surtout quand ils ont grandi. »
« Je m'en doute ! » s'exclama la fillette.
« Normal, » dit Tot, « il y en a trop. »
« Maintenant, vous m'excuserez, mais je dois nourri ces deux bébés qui viennent d'arriver. » dit la vieille Cigogne maternelle, alors les enfants l'observèrent un moment, elle ainsi que les autres Cigognes, et ils admiraient la douceur avec laquelle elles s'occupaient des bébés, et à nouveau, ils entendirent fredonner cette berceuse :
Fais dodo, mon petit
Douce fleur du ciel
qui endormait systématiquement tous les bébés.
Après s'être resservis du lait à la fontaine et avoir fait leurs adieux à ces gentilles Cigognes, Dot et Tot retournèrent à leur bateau.
Alors qu'ils le poussaient dans l'eau, Dot demanda à une cigogne qui les regardait :
« Qu'y a-t-il dans la Vallée suivante ? »  
« Dans cette Vallée, il y a la Reine du Pays Joyeux, » répondit l'oiseau, « car c'est la Quatrième qui se trouve au centre des Sept Vallées du Pays. »  
Avec une certaine appréhension à l'idée de rencontrer la Reine de ce merveilleux pays, les enfants la quatrième arcade dont ils approchaient avec angoisse. Au moment où le bateau y pénétra, Tot se retourna vers la Vallée qu'ils étaient en train de quitter, et il aperçut une autre fleur de bébé descendant du ciel, tandis que la voix d'une Cigogne chantait doucement :


Crou crou, crou crou !
Un bébé nait à chaque minute

 

Dot et tot 9 8

<< Chapitre 8 - Sommaire - Chapitre 10 >>

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×