La Clef-Maîtresse - 17

La côte de l'Oregon

<< Chapitre 16 - Sommaire - Chapitre 18 >>

 

The master key 18

 

Quand il eut quelque peu récupéré, Rob s'assit et regarda autour de lui. Le plus vieux des marins était en train de prier à genoux, offrant des actions de grâce pour avoir échappé à la souffrance et à la mort. Le plus jeune était allongé par terre, sanglotant et tremblant au souvenir de ces terribles expériences. Bien qu'il ne montrât pas ses sentiments comme les naufragés, le garçon était fier d'avoir sauvé la  vie à deux de ses semblables.

Les ténèbres ne tardèrent pas à les envelopper, alors Rob demanda à ses compagnons de ramasser du bois et d'allumer un feu, ce qu'ils s'empressèrent de faire. Les soirées était fraîches à cette période de l'année, la chaleur des flammes les réconforta et il finirent par s'endormir profondément.

Au matin, Rob fut réveillé par des voix, il ouvrit les yeux et regarda autour de lui, il vit alors des hommes grossièrement vêtus s'approcher de lui. Les deux naufragés étaient toujours plongés dans le sommeil.

Le garçon se leva et attendit que les étrangers approchent. Ils ressemblaient à des pêcheurs, et ils avaient l'air surpris de voir des gens endormis comme çà au bord de la falaise.

« Bon sang, mais d'où qu'cest que vous v'nez ? »  demanda l'un des pêcheurs. 

« De la mer, » répondit Rob, « mes amis ici présents sont des naufragés du Cynthia Jane. »

« Mais comment qu'vous avez fait pour escalader la falaise ? » demanda un autre pêcheur, « y a personne qu'avait fait çà avant. »

« Oh, c'est une longue histoire. » répondit évasivement le garçon. 

Les deux marins se réveillèrent à leur tour et saluèrent les nouveaux venus. Aussitôt, ils se mirent à échanger une multitude de questions et de réponses.

« Où sommes nous ? » demanda le petit marin. 

« Sur la côte de l'Oregon1, » répondit l'un des pêcheurs, « on est à une dizaine de kilomètres de Port Orford2 par la terre, et une quinzaine par la mer. »   

« Vous vivez à Port Orford ? » demanda l'autre marin.  

« Exact, mon gars, t'as qu'à v'nir avec tes copains, on va vous emm'ner chez nous, vous pourrez vous r'poser et vous r'mettre d'vos émotions. »  

À ce moment là, ils entendirent des grands éclats de rire, c'était à cause de l'autre marin qui tentait d'expliquer aux pêcheurs la façon dont Rob les avait transportés dans les airs.

« Riez tant que vous voulez, » leur dit il en se renfrognant, « tout c'que j'dis est vrai ! »  

« C'est p'tête c'que tu crois, l'ami, » répondit un grand marin à l'air débonnaire, « çà arrive souvent qu'des naufragés perdent la boule et qu'y s'imaginent des trucs bizarres. À part çà, t'as l'air d'avoir toute ta tête, alors tu f'rais bien d'oublier c't'histoire de vol dans les airs. »  

Rob se leva et serra les mains des marins.

« Je vois que vous vous êtes faits des amis, » leur dit il,  « alors je vais vous laisser, j'ai encore de la route à faire et je suis pressé. »  

Ils se mirent à le remercier chaleureusement pour les avoir secourus, mais il coupa court.

« C'est bon, j'allais pas vous laisser mourir de faim sur cette île, je suis content d'avoir pu vous transporter ici. »  

« Pourtant, vous avez menacé de me jeter à la mer. » fit remarquer le petit marin d'un ton amer.  

« Oui, c'est vrai, » répondit Rob en riant, « mais vous pensez bien que je ne l'aurais jamais fait, même pour sauver ma propre vie. Allez, salut ! »  

Il tourna l'aiguille du cadran et se mit à monter vers le ciel, à la grande stupeur des pêcheurs, qui le regardèrent s'éloigner bouche-bée et les yeux exorbités.

« Çà leur prouvera que les marins n'étaient pas fous. » se dit il, puis il prit la direction du sud et s'éloigna de la falaise, « j'imagine que ces simples pêcheurs n'oublierons jamais cet évènement, et ils vont sûrement faire de ces deux marins des héros pour avoir traversé le Pacifique en volant. »  

Il suivit la côte à basse altitude, et au bout d'une heure, après avoir volé à bonne allure, il atteignit la ville de San Francisco.

Ses épaules étaient encore endolories de la veille, avec cette charge qu'il avait du supporter des heures durant.  Il aurait aimé avoir du liniment3 pour se frictionner, mais il était tellement content d'avoir retrouvé son pays natal qu'il oublia bien vite ce désagrément.

Il aurait bien aimé passer la journée dans cette grande métropole de la côte pacifique, mais Rob n'osait pas s'attarder, il préféra se contenter d'une vue générale des somptueux bâtiments, et de s'émerveiller sur la foule de chinois qui occupaient un quartier entier de la ville.

De toutes façons, Rob pouvait mieux admirer le panorama du dessus qu'en sillonant les rues à pieds, car la ville se présentait à lui du point de vue des oiseaux, et il pouvait couvrir des kilomètres d'un seul regard.

Après avoir assouvi sa curiosité sans essayer de se poser, il tourna vers le sud-est et suivit la péninsule de San Francisco jusqu'à Palo Alto4, où il aperçut les superbes bâtiments de l'université. Il modifia le cap vers l'est, atteignit le Mont Hamilton5 et s'approcha de la grande tour de l'observatoire Lick7 pour l'admirer, mais il s'aperçut bien vite qu'il avait attiré l'attention de ses occupants, qui n'avaient pas manqué de l'observer à travers leur grand télescope.

Mais le phénomène dont ils furent témoins avait l'air si invraisemblable, que les savants ne s'avisèrent jamais de rendre cet incident publique, bien qu'ils en débattirent entre eux longtemps après que le garçon eut disparu vers l'est. Par la suite, ils enregistrèrent secrètement le fait dans leur journal, avec la résolution de ne jamais le révéler à l'extérieur, de peur que leur crédibilité soit remise en doute par les sceptiques.

Pendant ce temps, Rob prit de l'altitude et fila à toute vitesse à travers le grand continent. À la mi-journée, il aperçut Chicago8, après une brève inspection des lieux, il décida de consacrer au moins une heure à faire mieux connaissance avec cette formidable cité cosmopolite.

 

The master key 17 1

 

1 L'Oregon est un état de la côte ouest des États-Unis (NdT).

2 Port Orford est une municipalité de l'Oregon située dans le comté de Curry (NdT).

3 Selon le Larousse, le liniment est une "préparation liquide appliquée sur la peau en onction ou en friction, et destinée à calmer la douleur", c'est un terme assez peu utilisé en français courant, il s'agit en fait d'un produit comme le Synthol ou l'Arnican pour soulager les douleurs et les rhumatismes (NdT).

4 Palo Alto est  une municipalité californienne située dans le comté de Santa Clara au sud de la péninsule de San Francisco (NdT).

5  Il s'agit de l'Université Stanford (NdT).

6 Le Mont Hamilton est une montagne de Californie située dans la chaîne Diablo, dans le comté de Santa Clara (NdT).

7 L'observatoire Lick est un observatoire astronomique de l'université de Californie. Il est situé au sommet du mont Hamilton à l'est de San José (NdT).

8  Chicago, Illinois, là où L. Frank Baum vivait depuis 1891 à l'époque de la parution du livre, en 1901, il partira vivre en Californie avec sa famille en 1905 (NdT).

 

<< Chapitre 16 - Sommaire - Chapitre 18 >>

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

×