Yew, l'Île Enchantée - 18

Au secours du Grand Ki

<< Chapitre 17 - Sommaire - Chapitre 19 >>

 

Yew18 1

 

Après plusieurs jours de siège, le Prince Merveille se mit à craindre pour la sécurité de son petit groupe. Obstinés, les Ki-Ki avaient élaboré des double béliers pour abattre le mur, ils avaient aussi fabriqué plusieurs paires d'échelles suffisamment hautes pour le franchir, tandis que des soldats creusaient deux tunnels pour passer en dessous.

Ils ne risquaient pas de réussir tout de suite, le mur était solide et il faudrait du temps pour l'abattre, Nerle se tenait en haut pour renverser les échelles aussi vite que les soldats de Twi les installaient, quant aux Ki, ils surveillaient le jardin avec deux grandes planches, prêt à en frapper la tête des premiers soldats qui surgiraient des tunnels.

Mais le Prince Merveille savait très bien que la persévérance de ses ennemis finirait par porter ses fruits, à moins qu'il ne prit des mesures pour les vaincre pour de bon. Il convoqua de prompts messagers parmi les Elfes du Son, qui ont l'habitude de voyager vite, pour qu'ils portent des messages de sa part à Wul-Takim, le Roi des Voleurs Repentis et au Roi Terribus de Spor, car tous deux lui avaient promis leur assistance en cas de besoin. Il n'en dit pas un mot à ses amis, mais une fois que les messagers furent partis accomplir leur tâche, il se sentit l'esprit plus tranquille..

Plus gentille et courageuse que jamais, la petite Grand Ki n'avait de cesse d'encourager son petit groupe de défenseurs, mais aucun d'entre eux n'était vraiment inquiet, Nerle confia même à la demoiselle en jaune qu'il espérait bien souffrir entre les griffes des Ki-Ki..

Finalement, vint le jour où deux grands trous furent percés dans le mur, les soldats jumeaux de Twi se déversèrent alors par les ouvertures et se mirent à marteler les portes du palais, où le Prince Merveille, Nerle, les Ki et la Grand Ki jaune s'étaient barricadés aussi solidement que possible. Le Prince se dit alors qu'il était grand temps que ses amis viennent à leur secours, mais ils n'étaient toujours pas là. Peu après les portes cédèrent et les soldats se ruèrent en trombe à l'intérieur.

Nerle voulait se battre et massacrer autant d'habitants de Twi que possible, mais le Prince l'en empêcha.

« Ces pauvres soldats ne font que leur devoir, » dit il, « ce serait injuste de leur faire du mal. Prenez patience, je vous en prie, nous triompherons en temps utiles. »   

Les Ki-Ki, qui avaient pénétré dans le palais accompagnés de la Grand Ki verte, ordonnèrent aux soldats jumeaux de ligoter les prisonniers. Une paire de soldats ligota les Ki, et une autre paire ligota Nerle et le Prince, accomplissant les mêmes mouvements pendant l'opération. Mais quand il fallut ligoter la Grand Ki jaune, ce fut une scène assez comique, car des soldats jumeaux essayaient du mieux qu'ils pouvaient, mais la jeune fille était unique, alors il y en eut un qui l'attacha pendant que l'autre faisait les mêmes mouvements que son semblable dans l'air, et la corde retomba inerte sur le sol quand ce fut terminé. Il était impossible à un jumeau de faire quoique ce fut de différent de l'autre, c'était ainsi le seul moyen de mener à bien leur tâche.

Alors la Grand Ki à robe verte s'avança vers celle qui en portait une jaune pour la narguer :

« Maintenant, tu sais laquelle d'entre nous est la plus forte, et donc la plus apte à gouverner. Si tu étais restée fidèle comme moi à nos séduisants Ki-Ki, tu ne serais pas vaincue et converte de honte. »   

« Il n'y a aucun honte à perdre une bataille, » répliqua fièrement l'autre jeune fille, « tu te trompes si tu crois m'avoir vaincue, de plus, il est indigne de s'en prendre ainsi à une captive sans défense. »   

Durant un instant, la demoiselle en vert eut l'air confuse, puis elle rejetta la tête en arrière et s'éloigna.

Ils menèrent les prisonniers à travers le jardin jusqu'à la brêche dans le mur, puis ils escaladèrent et redescendirent les escaliers d'argent, enfin, ils les conduisirent sur la grand place des cités de Twi. Là, tous les habitants s'attroupèrent autour d'eux, car c'était la première fois qu'ils voyaient le Grand Ki, ils étaient loins d'imaginer que c'étaient des filles, et l'annonce de leur querelle et de leur séparation avait soulevé une grande vague d'excitation.

« Faites venir les bourreaux ! » s'écrièrent joyeusement les Ki-Ki, peu après, les bourreaux jumeaux s'avancèrent vers les prisonniers.

 

 

Ces bourreaux étaient des hommes costauds, chacun d'eux avaient un strabisme divergent et une cicatrice sur la joue gauche. Ils polirent leurs haches un moment avec leurs manches, puis il demanda au Prince Merveille et à Nerle qui allait être sa première victime :

« Je vous prie de ne pas bouger pendant l'exécution, sinon nos haches ne frapperont pas au bon endroit. Et ne craignez rien, la douleur ne durera qu'un court instant. Au Pays de Twi, on considère généralement que c'est un plaisir d'être exécutés par nous, tant notre adresse est grande. »

« Je veux bien vous croire. » répondit Nerle, malgré ses dents qui claquaient.    

Mais à ce moment, un grand cri se fit entendre, et les habitants jumeaux de Twi s'aperçurent qu'ils étaient entourés d'ennemis à l'air féroce. Le Prince Merveille sourit, car parmi les nouveaux venus, il reconnut les géants, les nains et les redoutables Hommes Gris du Roi Terribus, qui les dirigeait en personne, de l'autre côté, il y avait les bonnes bouilles aux favoris broussailleuxs des cinquante-neuf voleurs repentis, avec leur chef Wul-Takim à leur tête.

 

Yew180

 

<< Chapitre 17 - Sommaire - Chapitre 19 >>

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire