Yew, l'Île Enchantée - 20

Kwytoffle le tyran

<< Chapitre 19 - Sommaire - Chapitre 21 >>

 

 

Après avoir restauré le Grand Ki à son ancienne condition, à la grande joie des vieux Ki, le Prince Merveille ramena ses amis aux palais où l'attendaient ses hommes.

Ils arrivèrent juste à temps pour empêcher un grave incident de survenir, car les cinquante neuf Voleurs Repentis s'étaient vantés de leurs prouesses auprès des Géants et des Nains du Roi Terribus, ce qui avait résulté en une querelle pour savoir qui étaient les meilleurs bagarreurs. Si leurs maîtres respectifs n'étaient intervenus au bon moment, il s'en fut sûrement suivi une terrible bataille avec des effusions de sang ... tout çà pour une pécadille...

Terribus et Wul-Takim rétablirent l'ordre sans tarder, puis ils accompagnèrent le Ki et le Ki-Ki sur la place publique, où le peuple fut informé que leurs Suprêmes Grandeurs, le Grand Ki, avait été réunies et qu'elles règneraient désormais avec deux esprits jumeaux dans deux corps jumeaux. Cette nouvelle fut accueillie par une explosion de joie, car les doubles habitants de Twi étaient heureux que leurs problèmes se fussent résolus aussi facilement.

 

 

Cette nuit là, les Ryls, les Knooks et d'autres amis invisibles du Prince Merveille vinrent retirer le mur qui divisait les palais jumeaux, ils réparèrent aussi promptement les dégâts occasionnés. Le lendemain matin, quand nos amis vinrent rendre visite au Grand Ki, ils retrouvèrent les deux jeunes filles habillées de manière semblable ; en robes jaunes striées d'émeraudes, le Prince lui-même n'eût pu les distinguer l'une de l'autre.

Quant à elles, elles avaient du mal à imaginer avoir pu vivre l'une sans l'autre.

Elles se montrèrent plutôt amicales envers leurs nouveaux amis, et quand le Prince Merveille fut sur le point de partir pour de nouvelles aventures, elles lui dirent :

« De grâce, emmenez nous avec vous ! Nous voulons voir le grand monde extérieur d'où vous êtes venus. Si nous apprenons à connaître d'autres royaumes et d'autres peuples, nous pourrons gouverner le notre avec plus de sagesse. »   

« Çà m'a l'air d'une bonne idée, » répondit Merveille, « je serais très heureux de voyager en votre compagnie, mais qui dirigera le Pays de Twi en votre absence ? »   

« Ce seront les Ki-Ki, » répondit le Grand Ki, « les Ki viennent avec nous. »   

« Je vais donc remettre mon départ à demain matin, » dit le Prince, « afin de laisser le temps à vos Grandeurs de vous préparer. »   

Il retourna ensuite aux palais des autres dirigeants, où les Ki se déclarèrent grandement enthousiastes à l'idée de voyager, quant aux nouveaux Ki-Ki étaient fiers de gouverner quelques temps le Pays de Twi.

Wul-Takim demanda à se joindre au groupe, ainsi que le Roi Terribus, qui, auparavant, n'était jamais sorti de son royaume de Spor, le Prince Merveille y consentit de bonne grâce.

Sous le commandement de Gunder, les cinquante neuf Voleurs Repentis retournèrent à leur caverne, où ils vivaient confortablement grâce au trésor que leur avait laissé le Prince, quand aux Hommes Gris, les Géants et les Nains de Spor, ils retournèrent dans leur pays.

Au matin, le Prince Merveille conduisit sa joyeuse troupe à travers le trou dans la haie, puis ils se mirent en quête d'aventure. À son côté, les jumelles Grand Ki étaient montées sur une paire de poneys alezan aux membres fins et à la taille élancée, ils avançaient exactement au même pas, secouant leurs crinières et agitant leurs queues simultanément. Derrière le Prince et le Grand Ki venait le Roi Terribus sur un grand cheval de combat blanc, la monture de Wul-Takim était un cheval de trait trapu noir. Les deux vieux Ki et Nerle, d'un rang inférieur à celui des autres, fermaient la marche.

« Quand nous retournerons au Pays de Twi, » dit le Grand Ki, « nous boucherons ce trou dans la haie pour de bon, car si nous sommes si différents du reste du monde, il vaut mieux rester isolés. »  

« Je pense que vous avez raison, » répondit le Prince, « cependant, je ne regrette pas d'avoir percé un trou dans votre haie. »  

« C'est cette haie qui nous a retardés et empêchés d'arriver plus vite à votre secours, » dit Terribus, « nous avons eu du mal à trouver le trou que vous aviez fait, et nous avons perdu un temps considérable. »  

« Tout est bien qui finit bien ! » dit le Prince en riant, « vous êtes arrivés à temps pour nous secourir, c'est le principal. »  

Ils prirent un chemin conduisant à Auriel, dont Nerle avait entendu parler comme du Royaume du Soleil Couchant

Le paysage devint de plus en plus agréable à mesure qu'ils avançaient, ils virent bientôt de larges et vertes prairies parsemées de pimpants bosquets. Un soleil éclatant avait remplacé le crépuscule permanent du Pays de Twi, et l'on sentait la proximité de la mer dans l'air.

Au soir, ils arrivèrent à une ferme, dont le propriétaire se montra hospitalier et leur offrit tout ce que sa maison pouvait leur procurer.

Quand ils lui posèrent des questions sur le Royaume d'Auriel, il secoua la tête et répondit :

« C'est un pays magnifique et prospère, mais il lui est arrivé un grand malheur ; quand le bon roi est mort, il y a deux ans, un méchant et cruel sorcier s'est emparé du royaume, il s'appelle Kwytoffle, il dirige le peuple avec une grande sévérité, et il oblige les gens à lui donner tout leur argent et leurs bien, si bien que maintenant, tout le monde est pauvre et malheureux, c'est quand même un comble pour un pays aussi riche. »   

« Pourquoi le peuple ne se révolte pas ? » demanda Nerle.

« Ils n'osent pas, » répondit le fermier, « ils craignent la sorcellerie de Kwytoffle, il a menacé de les transformer en sauterelles et en hannetons s'ils n'obéissaient pas. »   

 

 

« A-t-il déjà changé quelqu'un en sauterelle ou en hanneton ? » demanda le Prince Merveille.    

« Non, les gens ont trop peur de lui pour lui désobéir, il n'en n'a jamais eu l'occasion. Il a une armée de féroces soldats sous ses ordres, ils se livrent à de terribles brutalités sur eux pour leur extorquer chaque parcelle de bien pour le compte du sorcier. Ils n'ont d'autre choix que de se soumettre à lui. »   

« On devrait pendre ce vilain bonhomme ! » s'écria Wul-Takim.    

« Dommage que je n'aie pas amené mon Tueur d'Imbéciles, » dit le Roi Terribus en soupirant, « il aurait eu de l'occupation, dans ce pays. »   

« On ne peut rien faire pour aider ces pauvres gens ? » demandèrent les Grand Ki, compatissantes.    

« Nous allons rendre une petite visite à ce Kwytoffle demain matin, » répondit le Prince Merveille, « on verra bien de quoi il a l'air. »   

« Pauvre de vous ! » se lamenta le bon fermier, « vous allez tous devenir des sauterelles et des hannetons ! »   

Mais cela n'avait l'air d'effrayer personne parmi les voyageurs, et après avoir passé une bonne nuit de sommeil chez leur hôte, ils se mirent en route pour le Royaume d'Auriel.

En fin de matinée, ils parvinrent en lisière d'une forêt, un homme était en train de couper du bois, en voyant le Prince et le groupe qui l'accompagnait, il se rua vers eux en criant :

« Pas par là ! Pas par là ! »   

« Et pourquoi ne devrions nous pas aller par là ? » demanda le Prince en retenant sa monture.    

« Parce que ce chemin mène au château de Kwytoffle, le grand sorcier. » répondit l'homme.    

« Mais c'est justement là que nous désirons aller. » dit Merveille.    

« Comment ? Vous souhaitez aller là bas ? » s'écria l'homme, « vous allez vous fairer dépouiller et réduire en esclavage ! »   

« Pas tant que nous saurons nous défendre. » rétorqua Wul-Takim en riant.    

« Si vous résistez au sorcier, vous allez être transformés en sauterelles et en hannetons. » déclara l'homme en les regardant avec effroi.    

« Comment le savez vous ? » demanda Merveille.    

« C'est Kwytoffle qui le dit. Il a juré d'ensorceler quiconque oserait le défier. »   

« Quelqu'un a-t-il déjà essayé de le défier ? » demanda Nerle.    

« Certes non ! » dit l'homme, « personne n'a envie de devenir un hanneton ou une sauterelle, personne n'oserait tenter une chose pareille. »   

« J'ai hâte de rencontrer ce sorcier, » intervint le Roi Terribus, « ce doit être un personnage fort intéressant, pour arriver à ses fins uniquement par la menace. »   

« Alors allons y. » dit Merveille.    

« Pauvres de nous ! Pauvres de nous ! » s'écrièrent les Ki à têtes chauves, « allons nous donc devenir des sauterelles ? »   

« Nous verrons bien. » répondit laconiquement le Prince.    

« Avec vos longues jambes, » ajoutèrent les Grand Ki en riant, « vous pourrez sauter plus loin que n'importe quelle sauterelle du royaume. »   

« Grand Kika-koo ! » se lamentèrent les Ki, « quelle calamité ! Quelle catastrophe ! Et vous, vos Grandeurs, je suppose que vous deviendrez des hannetons, et qu'en battant des ailes, vous ferez autant de bruit que des scies de charpentiers. »

   

 

<< Chapitre 19 - Sommaire - Chapitre 21 >>

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire