Yew, l'Île Enchantée - 23

Le Vilain Rouquin de Dawna

<< Chapitre 22 - Sommaire - Chapitre 24 >>

 

 

Un matin, alors qu'ils se trouvaient dans la cour du château, attendant qu'on leur amène leurs chevaux pour une promenade, un messager arriva au galop en criant :

« Où puis je trouver le Prince Merveille ? »   

« Je suis le Prince Merveille. » répondit le jeune chevalier en se détachant des autres.    

« J'ai donc atteint mon but ! » dit le messager, dont le cheval était épuisé par cette longue course, « Lady Seseley est en grand danger, et elle vous demande de venir à son secours. Le Baron Médéric, son père, a été tué, son château détruit et tout son peuple massacré ou emmené en captivité. »   

« Qui a commis ces horreurs ? » demanda le Prince Merveille, choqué.   

« Le Vilain Rouquin de Dawna, » répondit le messager, « il s'était querellé avec le Baron Médéric et il a envoyé ses hordes sauvages pour démolir son château et le trucider. J'ai moi même échappé de peu à la mort, quand à Lady Seseley, peu avant d'être emmenée en captivité, elle m'a demandé de trouver le Prince Merveille pour qu'il vienne la sauver. »   

« C'est ce que je faire ! » déclara le Prince, « si elle est toujours en vie. »   

« Qui est Lady Seseley ? »  demanda Nerle en venant se placer à côté de son maître.  

« Elle a été ma première amie, c'est à elle que je dois mon existence. D'ailleurs, c'est elle et ses deux amies qui sont représentées sur mon bouclier. » répondit le Prince Merveille d'un air pensif.

« Que comptez vous faire ? » lui demanda l'écuyer.

« Je pars sur l'heure à son secours. »

En entendant cela, tous les membres de son groupe insistèrent pour l'accompagner, y compris les délicates Grand Ki, qu'aucune menace n'aurait pu dissuader. Au bout d'une longue discussion, le Prince Merveille finit par accepter.

Wul-Takim aiguisa son énorme glaive, tandis que Nerle apprêtait le cheval de son maître. Il ne s'était pas encore passé une heure qu'ils étaient en train de galoper vers le province du Vilain Rouquin de Dawna.

Le Prince Merveille ne connaissait que peu de choses sur le personnage, mais Nerle avait beaucoup à dire sur lui. Dans sa jeunesse, le Vilain Rouquin avait été le page d'un grand magicien, celui ci vivait dans un vieux château à Dawna et régnait sur un vaste territoire. Le jeune garçon était chétif et de petite taille, il était même plus petit qu'un nain ordinaire, son maître n'aurait jamais eu l'idée de se méfier de lui.

Mais un soir, alors que le magicien se tenait en haut de la plus grande tour de son château, le garçon arriva derrière lui et le poussa. L'homme périt en s'écrasant sur les rochers, alors le garçon prit le livre de magie de son maître et y trouva une formule pour grandir. Il prépara la potion et l'avala et aussitôt, il se mit a grandir. Cela lui plut beaucoup, jusqu'à ce qu'il réalise qu'il devenait trop grand. Il chercha un moyen pour arrêter le phénomène magique, mais il avait déjà devenu immense, bien plus grand que le plus grand des géants. Il n'y avait aucune formule dans le livre pour le faire rétrécir, il était donc obligé de rester ce qu'il était devenu ; l'homme le plus grand de l'Île Enchantée. 

Tout cela advint en une seule nuit. Le lendemain matin, après le meurtre de son maître, le page s'auto-proclama seigneur du château, et devant son énorme taille, nul n'osa lui dénier ce droit. Comme il avait des cheveux broussailleux d'un roux vif, et que plus tard, en vieillissant, une barbe toute aussi rousse et broussailleuse lui recouvrit le visage, le peuple se mit à l'appeler le Rouquin. Mais comme l'écho de ses mauvaises actions et de son caractère belliqueux se répandirent dans toute l'île, on se mit à l'appeller le Vilain Rouquin de Dawna.

Comme il avait rassemblé toute une bande de barbares aussi méchants que lui, personne n'osait le contrarier ni même le rencontrer, s'il était possible de l'éviter.

C'était ce même Vilain Rouquin qui avait cherché querelle au Baron Médéric et l'avait tué avec ses hommes, détruit son château et emmené sa fille Seseley en captivité avec ses amies Berna et Helda, pour les enfermer dans ses sinistres geôles.

Comme il pensait avoir accompli une manœuvre habile, il n'en craignait pas les conséquences. Jusqu'à ce qu'un de ses hommes vienne lui annoncer que le Prince Merveille et ses compagnons arrivaient pour secourir Lady Seseley.

« Combien sont ils ? » demanda le Vilain Rouquin.  

 

 

« Ils sont huit en tout, » répondit l'homme, « mais deux d'entre eux sont des filles. » 

« Et ils croient pouvoir m'obliger à libérer mes captives ? » demanda le Vilain Rouquin en riant si bruyamment qu'on aurait dit le rugissement d'une chute d'eau, « eh bien, je vais tous les faire prisonniers ! » 

L'homme regarda son maître d'un air terrifié et répondit :

« Ce Prince Merveille est très célèbre, tout le monde parle de sa bravoure et de ses pouvoirs. C'est lui qui a vaincu le Roi Terribus de Spor, et ce puissant souverain est devenu son ami, d'ailleurs, il fait partie des huit individus qui approchent. » 

Le Vilain Rouquin cessa de rire, car la renommée du redoutable roi de Spor lui était parvenue depuis longtemps, il se dit alors que quelqu'un capable de vaincre l'armée de Géants, de Nains et d'Hommes Gris du Roi Terribus méritait d'être pris en considération. De plus, et cela était un secret, le Vilain Rouquin n'était pas devenu aussi fort qu'il eut du l'être avec une telle taille, au contraire, il était resté aussi faible que le garçon chétif qu'il avait été. Il avait donc recours à la ruse et à la terreur qu'inspirait sa simple apparence pour venir à bout de ses ennemis. Maintenant, il commençait à craindre ce prince.

« Vous dites qu'il y a deux filles dans le groupe ? » demanda t il. 

« Oui, » répondit l'homme, « mais parmi eux, il y a aussi le Roi Terribus en personne, ainsi que le fameux Wul-Takim, anciennement Roi des Voleurs, qui a été vaincu par ce prince, jadis criminel sans pitié, il est maintenant son dévoué serviteur. Il y a aussi deux vieillards à l'air féroce qui se ressemblent, ils disent venir du Royaume caché de Twi. »

Pendant ce temps, le Vilain Rouquin était terrorisé, mais il gardait l'espoir de vaincre ses ennemis. Au lieu d'utiliser la force contre le Prince Merveille, il comptait plus sur la ruse et la tromperie.

 

 

Parmi les merveilles qu'avait créées son ancien maître, le magicien, il y avait deux grands miroirs enchantés, ils étaient disposés sur les murs du couloir, de lourd rideaux les recouvraient, à cause du redoutable pouvoir qu'ils possédaient ; quiconque se regardait dans l'un d'eux y voyait son image emprisonnée, tandis que son corps devenait invisible, inaudible et intangible pour toutes les autres créatures.

Alors qu'il réfléchissait à un moyen d'empêcher le Prince de libérer Lady Seseley, le Vilain Rouquin pensa à ces miroirs, qui n'avaient encore jamais été utilisés. Il se rendit furtivement dans le corridor et en découvrit un, évitant de regarder dedans. Ensuite, il se réfugia dans une autre pièce, puis il envoya un page pour convoquer Lady Seseley et ces deux demoiselles d'honneur.

Les jeunes filles obéirent aussitôt, car elles craignaient le Vilain Rouquin, elles descendirent l'escalier et empruntèrent le corridor. Le miroir attira l'attention de Seseley, qui s'arrêta pour se regarder dedans, ses deux compagnes firent de même et l'instant d'après, elles avaient disparu, tandis que leurs reflets persistaient dans la glace.

Le Vilain Rouquin qui regardait par une fente de la porte, eu un joyeux éclat de rire en voyant disparaitre les jeunes filles, et il s'écria :

« Maintenant, voyons si le Prince Merveille arrive à les trouver ! »

Les trois jeunes filles se mirent à errer comme des fantômes à travers le château, non seulement elles étaient invisibles aux yeux des autres, mais elles l'étaient également entre elles, elles ne pouvaient non plus s'entendre ni se toucher, et elles ne savaient où aller.

 

 

<< Chapitre 22 - Sommaire - Chapitre 24 >>

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire