Yew, l'Île Enchantée - 24

Les miroirs enchantés

<< Chapitre 23 - Sommaire - Chapitre 25 >>

 

 

Le Prince Merveille et ses compagnons arrivèrent bientôt aux portes du château, où le Vilain Rouquin les accueillit en s'inclinant ironiquement avec un sourire mauvais aux lèvres.

« J'exige la libération de Lady Seseley et de ses compagnes ! » déclara le Prince Merveille d'un ton autoritaire, « et je compte vous punir pour le meurtre du Baron Médéric. »  

« Vous avez du vous tromper de château, » répondit le Rouquin, « car je n'ai tué aucun baron, et je ne détiens aucune Lady Seseley captive. »  

« Vous êtes bien le Vilain Rouquin de Dawna ? » demanda le Prince. 

« C'est ainsi que m'appellent les hommes. » confirma l'autre. 

« Alors vous cherchez à me duper. » dit le Prince.

« Pas du tout ! » répondit le Vilain Rouquin d'un ton moqueur, « jamais de ma vie je ne duperais quiconque, voyons, mais si vous ne me croyez pas, vous êtes libre de fouiller mon château. » 

« C'est ce que je vais faire, » répliqua le Prince, « avec ou sans votre permission. »

Il s'apprêtait à descendre de cheval quand Nerle le retint en disant :

« Maître, je vous prie de me laisser inspecter le château moi même, car si ce Vilain Rouquin prépare un sale tour, ce dont je suis sûr, et que quelque chose vous arrivait, il n'y aurait plus personne pour protéger les petites Grand Ki et nos autres amis. » 

« Mais s'il vous arrive quelque chose ? » demanda le Prince avec inquiétude. 

« Dans ce cas, » dit Nerle, « vous n'aurez plus qu'à me venger. » 

Le conseil était raisonnable, étant donné les circonstances, alors le Prince donna son accord..

« Très bien, » dit il, « allez fouiller ce château, je resterai ici avec nos amis. Mais s'il vous arrive quoi que ce soit, j'en demanderai des comptes au Vilain Rouquin. »

Nerle entra dans le château en passant devant l'immense silhouette de son propriétaire, qui se contenta de lui faire un signe de tête avec un sourire satisfait.

L'écuyer se retrouva dans le grand corridor, il regarda autour de lui mais ne vit personne. Après avoir avancé de quelques pas, il vit un grand miroir où il se regarda, et à sa grande surprise, les images de trois jeunes filles se reflétaient à côté de la sienne.

« Eh bien, elles sont là ! » tenta-t-il de dire, mais il n'entendait plus le son de sa propre voix. Il voulut regarder ses mains et ses pieds, il ne les voyait plus rien, car son corps était devenu invisible. Bien que son reflet fut toujours dans la glace, il savait que son corps existait toujours, cependant, bien qu'il vît le corridor et tout ce qui s'y trouvait avec précision, il ne pouvait ni se voir, ni voir aucune créature de chair. 

Après avoir longtemps attendu le retour de son écuyer, le Prince Merveille perdit patience.

« Qu'avez vous fait à Nerle ? » demanda-t-il au Vilain Rouquin. 

« Rien, » répondit celui ci, « j'étais avec vous tout le temps, vous ne m'avez pas quitté des yeux une seconde. »

« Laissez moi aller le chercher ! » s'exclama le Roi Terribus, avant de se ruer à l'intérieur du château sans que le Prince ne puisse répondre. Mais il trouva à son tour le miroir enchanté et le Prince attendit vainement son retour.

Wul-Takim se porta volontaire pour partir à la recherche des autres, alors il brandit son énorme glaive aiguisé en entrant dans le corridor, mais une heure se passa et il n'était toujours pas revenu.

Le Vilain Rouquin était fou de joie devant la réussite de son stratagème, il pouvait à peine se retenir de rire en voyant l'inquiétude du Prince.

Merveille ignorait quelle attitude adopter, il ne savait qu'une chose, une tricherie quelconque était à l'œuvre, mais il ne pouvait deviner ce qu'elle était. Quand les jolies Grand Ki déclarèrent vouloir entrer dans le château, il eut beau faire tous les efforts possibles pour les en dissuader, rien n'y fit, elles étaient fermement décidées, tant était grande leur curiosité, alors le Prince dit :

« Très bien, nous irons tous ensemble, ainsi, les Ki et moi pourrons vous protéger. »

Ils se mirent en route et le Vilain Rouquin les laisser passer avec joie.

 


L'endroit leur parut complètement désert, ils marchèrent donc jusqu'au miroir, là, ils s'arrêtèrent, les deux Grand Ki poussèrent une exclamation de surprise et les Ki s'écrièrent : « Grand Kika-koo ! »

Dans la glace, il y avait les reflets des trois jeunes filles, de Nerle, du Roi Terribus et de Wul-Takim. Il y avait maintenant ceux des jumelles Grand Ki et des jumeaux Ki. Il n'y avait que le reflet du Prince Merveille qui était absent, à cause de ses origines féériques, car le miroir ne pouvait refléter et retenir que les formes des mortels.

Cependant, le Prince voyait très bien les autres, il s'aperçut que les Ki et les Grand Ki étaient devenus invisibles et qu'il n'y avait plus que lui dans le corridor ! Regroupées dans le tain du miroir, les formes de tous ses amis, y compris celles de Lady Seseley et de ses compagnes, le regardaient d'un air suppliant.

Le mystère était éclairci, le Prince Merveille se rua dehors pour chercher le perfide Rouquin. Mais le coquin s'était caché à l'étage, bien à l'abri dans une chambre.

Pendant un moment, le Prince Merveille ne sut que faire, une telle magie lui était totalement inconnue, et libérer ses amis présentait un réel problème. Il cicrcula à travers tout le château, mais il ne rencontra personne, le Vilain Rouquin avait ordonné à son personnel de se tenir à l'écart de lui. Il n'y eut que les chevaux attachés qui levèrent la tête et hennirent sur son passage, comme en signe de sympathie dans cette épreuve.

En fin de compte, il retourna dans le corridor et fouilla toutes les pièces du château sans trouver personne. En revenant sur ses pas, il s'arrêta devant le miroir et avec désolation, regarda les visages de ses amis qui avaient toujours l'air de le supplier.

Soudain, il fut pris d'un accès de colère, ce que n'avait pas prévu le Vilain Rouquin de Dawna, à peine conscient de ce qu'il faisait, il attrapa son épée par la lame et de sa lourde poignée, frappa violemment le miroir qui vola en éclats.  Des milliers de fragments se répandirent sur les pavés, ce qui rompit aussitôt le charme, tous ses amis redevinrent visibles, et ils accouraient de partout dans le château, où ils avaient erré sous leur forme fantômatique.

Ils s'interpellèrent joyeusement les uns les autres, puis ils vinrent se réunir aurour du Prince, le remerciant chaudement de les avoir ainsi libérés.

La petite Lady Seseley et ses amies, Berna et Helda, étaient un peu intimidées en présence d'autant d'étrangers. Comme elles étaient seules à connaître le secret du Prince, qui était une fée transformée en jeune homme pour une année, elles avaient tendance à le considérer comme une vieille connaissance, et une fois qu'il leur eut présenté ses compagnons, elles se sentirent plus à l'aise.

Les jolies petites Grand Ki attirèrent tout de suite l'attention de Seseley, qui les avait prises en amitié au premier regard. Mis ce fut Nerle qui devint l'ami le plus dévoué de la petite lady, s'il aimait beaucoup les jumelles Grand Ki, il y avait chez elles quelque chose de mystique et de surnaturel qui le mettait mal à l'aise, elles ressemblaient plus à des fées qu'à des mortelles, tandis que chez Siseley, il reconnaissait une véritable jeune fille normale et de son rang.

Tout en se racontant leurs tribulations les uns aux autres, ils sortirent du château et le Vilain Rouquin de Dawna se dressa devant eux. De sa cachette, il avait entendu le bruit du miroir brisé et avait dévalé les escaliers en courant. Réalisant que sa ruse avait échoué et que ses captifs étaient libres, il fut pris d'un accès de rage. Oubliant sa faiblesse, il se saisit d'une hache de combat et se précipita dehors pour attaquer le Prince Merveille, comptant bien lui infliger de graves blessures.

 

 

Mais le Prince ne fut pas pris au dépourvu, quand il le vit arriver, il avait déjà dégainé son épée et à la vitesse de l'éclair, il frappa le bras qui maniait la grande hache. Blessé, le géant laissa tomber son arme et poussa un hurlement de douleur.

Le Prince Merveille saisit alors le Vilain Rouquin par l'oreille, qui était suffisemment grande pour la prendre à pleine main, et le traina à l'intérieur du château, pendant que le grand bonhomme se lamentait à chaque pas, sa couardise le faisant trembler comme une feuille.

Au bout du corridor, Merveille chercha une pièce où l'enfermer. Le grand rideau qui couvrait le second miroir enchanté attira son attention, en tenant son prisonnier d'une main, il écarta le tissu de l'autre.

Le Vilain Rouquin regarda ce qu'il faisait, il vit son reflet, poussa un cri sauvage et disparut, son corps devint complètement invisible tandis que sa silhouette imposante resta dans le miroir.

Le Prince Merveille poussa un soupir de soulagement et remit le rideau sur le miroir, il réalisait que le Vilain Rouquin de Dawna avait eu le châtiment qu'il méritait en se retrouvant ainsi piégé.

 

 

<< Chapitre 23 - Sommaire - Chapitre 25 >>

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire