Yew, l'Île Enchantée

Introduction

<< Sommaire - Chapitre 1 >>

 

 

Yew, l'Île Enchantée

Comment le Prince Merveille rencontra le Grand Ki de Twi et autres personnages surprenants.

Illustré par Fanny Y. Cory, et publié par the Bobbs-Merrill Company en1903

 

Yew, l'Île Enchantée (The Enchanted Island of Yew) est paru en 1903, soit trois ans après le Magicien d'Oz, entre deux il a publié Dot et Tot au Pays Joyeux et The Master Key : An Electrical Fairy Tale en 1901 et The Life and Adventures of Santa Claus en 1902 (ces deux derniers livres n'ont jamais été traduits en français, du moins à ma connaissance, j'espère remédier à cette lacune un jour).  La première édition contenait huit planches en couleurs et plusieurs illustrations à l'encre intégrées dans le texte, et elle était dédiée à Kenneth Gage Baum, le plus jeune de quatre fils de L. F. Baum. 

 

220px maud gage baum and her four sons

Maud Gage Baum et ses quatre fils, Robert, Harry, Kenneth, et Frank en 1900

 

 

Yew, situation géographique :

Yew est  une île située dans un endroit inconnu au milieu des mers. Plus tard, des commentateurs l'ont située dans l'Océan Nonestique, au large du Continent Nonestique où se trouve le Pays d'Oz et les autres pays mentionnés dans les œuvres de Baum, même si le livre n'y fait pas référence.

 

 

Tout comme Oz, Yew est divisée en quatre pays associés à une couleur dominante, avec en plus un pays central qui domine les autres.

À l'est, se trouve le pays de Dawna, à l'ouest, teinté de rose et de pourpre par le soleil couchant, se trouve Auriel. Au sud, c'est le royaume de Plenta, où abondent les fruits et les fleurs, et au nord, c'est le Royaume de Heg, le plus moyen âgeux et le plus féodal des quatre.

 

 

Au centre, tout comme la Cité d'Émeraude à Oz, se trouve le cinquième royaume appellé Spor. Mais, tandis que la Cité d'Émeraude est un élément positif, Spor est son opposé négatif.

Spor est un pays de brigands, dirigé par le mystérieux Roi Terribus, et peuplé de Géants armés d'énormes gourdins, de Nains lançant des flèches de feu et des sinistres Hommes Gris, qui sont les plus effrayants de tous. Les peuples de Yew sont contents quand les fripouilles de Spor ne viennent les piller qu'une seule fois dans l'année.

 

L'histoire :

Yew, l'Île Enchantée commence au Royaume de Heg, dans le domaine du Baron Médéric. Lady Seseley, la fille du Baron, se rend dans la forêt de Lurla avec ses deux suivantes, Berna et Helda pour y faire un pique nique, elles se retrouvent alors, sans le vouloir, dans le repaire d'une fée. Celle ci ne tarde pas à les aborder, au début elles ont peur, mais comprennent vite qu'elles ne risquent rien. Après un petit moment de conversation, elle finit par leur demander un service.

Depuis des millénaires qu'elle vit, cette fée s'ennuie, n'ayant jamais pu quitter sa forêt pour explorer le monde extérieur. Elle révèle alors aux jeunes filles que les mortels ont le pouvoir de transformer les fées en ce qu'ils veulent, c'est pour cela qu'elles se cachent, elle leur demande alors de la transformer en mortelle pendant une courte période afin qu'elle puisse enfin découvrir le monde extérieur.

Au départ, elle veut devenir une fille, mais ses interlocutrices l'en dissuadent, lui exposant que, dans cette société à caractère médiéval, les femmes sont réduites à servir les hommes et à leur obéir, on retrouve là une des préoccupations de Baum (voir Jinjur et les Suffragettes). Alors elle décide de devenir un homme, un jeune chevalier appelé Prince Merveille, qui pourra parcourir à son gré le pays sous la forme d'un mortel pendant un an, avant de redevenir une fée.

Pour sa première aventure, il se retrouve dans un repaire de brigands, au nombre de cinquante neuf, dont le chef s'appelle Wul-Takim, c'est là qu'il rencontre Nerle, le fils du Baron Neggar qui vit dans le royaume de Heg. Blasé par la vie facile de fils de Baron, d'obtenir tout ce qu'il veut dans l'instant, et de ne jamais souffrir, il est parti à l'aventure justement pour connaître la souffrance et la privation, son vœu s'était réalisé quand il avait été capturé par Wul-Takim, mais en rabat-joie, le Prince Merveille parvient à vaincre les brigands et leur chef qui, sur le point d'être pendus, se repentent sur le champ de leur vie de voleur et promettent de ne plus jamais voler. De ce fait, le Prince Merveille les grâcie et devient leur ami.

 

 

En compagnie de Nerle, devenu son écuyer après quelques différents, il prend congé des ex-voleurs et se rend au Royaume de Spor de sinistre réputation, au centre de l'île. Ils rencontrent son roi que nul étranger n'avait jamais vu, Terribus, qui commande les  géants, les nains et les Hommes Gris. 

En fait, il veut que le reste du monde ignore à quel point il est laid, en effet, sa grosse tête chauve et écarlate a la forme d'un  œuf, il a trois yeux, un au centre de la figure, un au sommet du crâne et un derrière la nuque. Son nez ressemble à une trompe d'éléphant se balançant constamment d'un côté et de l'autre. Entre deux oscillations, on distingue deux rangées de dents blanches et  pointues dans sa grande bouche dépourvue de lèvres.

 

 

Il essaie de faire mettre les deux intrus à mort par son Tueur d'Imbéciles et son Dragon Royal, mais il échoue, alors il se résoud à les garder prisonniers au château par des moyens magiques, si bien que chaque fois que le Prince Merveille et Nerle tentent de s'éloigner, ils reviennent immanquablement à leur point de départ. Heureusement, s'il a l'apparence d'un mortel, le Prince Merveille n'en reste pas moins une fée, et il a gardé ses pouvoirs qu'il utilise pour transformer progressivement Terribus et le rendre beau.

Reconnaissant, le Roi les laisse partir et ils se rendent vers le territoire d'Auriel, où après avoir fait un trou dans une grande haie circulaire et infranchissable, ils se retrouvent dans le Royaume de Twi, où règne un crépuscule permanent et où les habitants, les animaux, les plantes, les objets sont en double, ils sont commandés par trois entités composées chacune d'une paire de jumeaux bougeant, pensant et parlant exactement de la même manière ; le Ki : deux vieillards jumeaux aux oreilles pointues et à la barbe blanche, le Ki-Ki : deux jeunes hommes séduisants jumaux, eux aussi, et du Grand Ki :   deux séduisantes jeunes filles jumelles qui représentent la plus haute autorité du pays.

Comme il est question de les mettre à mort, le Prince Merveille utilise à nouveau sa magie pour "désynchroniser" les deux jeunes filles Grand Ki qui acquièrent du coup chacune leur indépendance, et ont des divergences d'opinions pour la première fois de leur vie ; l'une veut faire mettre le Prince Merveille et Nerle à mort, sous l'influence des méchants et séduisants Ki-Ki, l'autre veut les épargner sous l'influence des vieux et gentils Ki. Du coup, les deux factions entrent en guerre, mais le Prince Merveille parvient à rétablir la paix grâce aux Knooks, aux Ryls et aux Gobelins,  mais surtout à Wul-Takim et Terribus à qui Merveille avait envoyé des Elfes du Son pour solliciter leur aide. Une fois le calme revenu, il parvient à réunir les deux personnalités divergentes du Grand Ki et tout rentre dans l'ordre dans le Royaume de Twi.

 

 

Alors qu'il s'apprête à repartir à l'aventure avec Nerle, Les deux jeune filles Grand Ki tiennent à les accompagner avec les deux vieillards Ki, Wul-Takim et Terribus veulent être aussi de la partie, ils se mettent donc en route tous ensembles vers Auriel, où un scélérat du nom de Kwytoffle a pris le pouvoir à la mort du bon roi qui le gouvernait, il fait croire à tout le monde qu'il est sorcier et qu'il a le pouvoir de transformer n'importe qui en sauterelles ou en hannetons. Comme personne n'ose vérifier s'il en est vraiment capable, tout le monde se laisse intimider par lui et lui cèdent tous leurs biens, ce qui fait que les habitants du pays sont réduits à la misère à cause de leur naïveté.

Heureusement, le Prince Merveille et ses compagnons ne sont pas dupes, ils affrontent ce Kwytoffle en face et le repoussent dans ses derniers retranchements en le défiant de les transformer en sauterelles ou en hannetons, le charlatan est vite démasqué pour ce qu'il est ; un menteur sans aucun pouvoir.

 

 

En définitive, le fils de l'ancien roi monte sur le trône, Kwytoffle devient garçon d'écurie, et le Prince Merveille reprend sa route avec ses compagnons.

Ils se rendent au Royaume de Plenta, où la bonne reine les accueille avec beaucoup d'hospitalité. Ils séjournent quelques semaines dans son château, sans que rien de notable ne survienne, jusqu'à l'arrivée d'un messager venu de Heg pour annoncer que le Baron Médéric était mort, tué par le Vilain Rouquin de Dawna qui avait emmené Lady Seseley captive, avec ses servantes Berna et Helda. Le Prince Merveille se met tout de suite en route.

Le Vilain Rouquin était autrefois un garçon chétif qui était le page d'un grand magicien, il n'avait eu aucun scrupule à assassiner son maître et s'emparer de son livre de magie, qu'il avait utilisé pour grandir en utilisant une formule, seulement, il avait trop grandi et pourtant, il était resté aussi faible qu'avant. N'avant trouvé aucune formule dans le livre pour inverser le processus, il régnait depuis en tyran sur Dawna, en comptant uniquement sur son apparence effrayante pour se faire obéir, prenant bien garde que personne ne remarque sa faiblesse.

Apprenant que le Prince Merveille approche, il est saisi de crainte, et il s'empresse de faire disparaitre Lady Seseley et ses suivantes en les emprisonnant dans un miroir magique. Nerle et les autres s'y font tous emprisonner chacun leur tour sauf Merveille, que sa nature féérique immunise contre ce genre de magie. Il ne connait pas le moyen de délivrer ses amis, mais il le trouve involontairement en frappant le miroir de colère avec le pommeaui de son épée.

Une fois ses amis libérés, il combat le Vilain Rouquin, le maitrise très rapidement, l'expose devant un deuxième miroir enchanté identique au premier et qui l'emprisonne de la même manière.

Le Prince Merveille et les autres accompagnent Nerle chez lui, au château du Baron Neggar qui organise une fête en leur honneur. Il adopte Seseley, qui épousera Nerle plus tard, ainsi que Berna et Helda. Enfin, tout le monde se sépare et le Prince retourne à la Forêt de Lurla, Seseley, Berna et Helda l'accompagnent, car l'année est terminée, et il est temps pour lui de reprendre sa forme de fée.

L'histoire se conclut une centaine d'années plus tard, le château du Vilain Rouquin est en ruine, et le miroir qui le retenait prisonnier tombe tout seul du mur et le libère en se brisant. Il tente de reprendre le pouvoir, mais vainement, car le monde s'est civilisé, on ne pratique plus la magie, alors il se fait embaucher comme jardinier par un riche seigneur et parfois, il lui arrive de se demander qui était ce Prince Merveille qui l'avait vaincu et ce qu'il avait pu devenir. 

 

 

Yew, l'Île Enchantée diffère un peu des autres œuvres de fantasy de Baum, en effet, le ton est plus mature, et il s'adresse manifestement à un public plus âgé que celui du Magicien d'Oz ou de Dot et TotOn y trouve le thème éminemment ambigüe du changement de sexe, qu'il reprendra l'année suivante en 1904 dans le Merveilleux Pays d'Oz. Le masochisme de Nerle ne passe pas non  plus inaperçu, et ajoute à l'ambiguité du récit.

Entre autres thèmes récurrents, on retrouve aussi celui de l'imposteur démasqué, Kwytoffle et le Vilain Rouquin de Dawna font écho à un certain Oscar Diggs alias le Magicien d'Oz qui faisait, lui aussi, régner la terreur avec des artifices. 

Dans la version anglaise, le Baron Médéric s'appelle le Baron Merd, ce qui, selon certains commentateurs, traduit une piètre connaissance de la langue française de L. F. Baum, sinon, je pense qu'il aurait choisi un autre nom, surtout que ce mot est connu de bien des anglo-saxons. J'ai donc transformé Merd en Médéric, dont la consonnance gothique cadre bien avec le récit.

On retrouve aussi le thème de la condition féminine, qui est aussi récurrent que les autres dans les œuvres de Baum, dont la belle-mère, rappelons le, était une sufragette, comme dans le chapitre 4, quand la fée veut d'abord devenir une fille, Seseley et Berna lui répondent : « [...] attendez vous à subir de multiples privations, [...] car vous n'auriez pas de frère ni de mère pour vous soutenir, ni de maison où vivre. » « Et si vous louez vos services à un baron, vous serez obligée de laver la vaisselle toute la journée, recoudre les vêtements où nourrir le bétail. » dit Berna. « Mais je voyagerais à travers toute l'île, » dit la fée, sur un ton optimiste, « c'est cela que je rêve de faire, je n'ai pas envie de travailler. » « Les filles ne sont pas autorisées à voyager seules, » fit remarquer Siseley après un moment de réflexion, « du moins, c'est ce que j'ai toujours entendu. » « C'est vrai, » dit amèrement la fée, « vos hommes passent leur temps à se pavaner et à vivre toutes sortes d'aventures, tandis que vos femmes sont de pauvres créatures faibles et vulnérables, je m'en rappelle.  » Pour plus de détails sur la condition féminine à l'époque de Baum, voir l'article sur les Suffragettes.

Les passages qui m'ont donné le plus de soucis de traduction, ce sont ceux relatifs au Royaume de Twi, en effet, quand il est question du Ki, du Ki-Ki ou du Grand Ki, qui sont des entités chacune formée d'une paire de jumeaux (de jumelles dans le cas du Grand Ki), mais pour parler d'eux, la version anglaise utilise tantôt le singulier, tantôt le pluriel, tantôt le masculin, tantôt le féminin s'agissant du Grand Ki. J'ai rencontré de nombreuse difficultés, car le genre et le nombre sont plus omniprésents dans le français que dans l'anglais, aussi ai je contracté de nombreuses migraines pour rendre le texte en français aussi cohérent que le texte anglais.

Le nom de la Forêt de Lurla évoque celui de la Fée Lurline qui a transformé Oz en pays enchanté au début des temps. Voir l'article Genèse du Pays d'Oz.

Une petite précision à propos du mot magique que j'utilise souvent pour traduire l'anglais fairy. Dans les histoires de Baum, et dans la littérature anglo-saxonne en général, une fée peut être de sexe masculin comme du sexe féminin. Par exemple, dans le chapitre 9, quand une jeune fille demande au Prince s'il est une créature magique (fairy en anglais), soit elle prend Merveille pour une créature de nature féérique (créée par des fées ou apparenté), soit elle le prend pour une fée de sexe masculin. Voir l'article du blog sur les fées. 

 

 

<< Sommaire - Chapitre 1 >>

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire