Zixi, la Reine d'Ix - 13

Tullydub sauve le Royaume

<< Chapitre 12 - Sommaire - Chapitre 14 >>

 

Tous les soldats aiment se battre, quand ceux l'armée d'Ix apprirent qu'ils allaient faire la guerre, cela les réjouit considérablement.

Ils astiquèrent leurs épées et leurs haches de combat, recousirent les boutons manquants sur leurs uniformes, reprisèrent leurs chaussettes, se firent couper les cheveux et enfin, ils furent prêts à partir dès que la Reine leur en donnerait l'ordre.

Le Roi Tim du Noland avait une armée de sept mille sept-cent-soixante-dix-sept hommes, plus un général de trois mètres de haut. Seulement, l'armée de la Reine d'Ix était deux fois plus grande, et elle décida de la conduire en personne, une fois qu'elle aurait envahi la cité de Nole, elle pourrait ainsi s'emparer de la précieuse Cape Magique qu'elle convoitait tant.

 

Zixi913 1

 

Zixi prit la tête de son armée, revêtue de sa cotte de maille et de son heaume étincelant surmonté d'une grande plume blanche. Tous les soldats l'acclamèrent, ne doutant pas qu'elle les mènerait à la victoire.

Quavo le ménestrel, qui voyageait tout le temps, était retourné au Noland. Tandis que l'armée de la Reine d'Ix se taillait un chemin à travers la forêt et construisait un pont pour traverser la rivière, il avait emprunté un raccourci peu connu jusqu'à Nole, et il avait prévenu Tullydub, le Conseiller en Chef, du danger qui menaçait le pays.

Tremblant de terreur, Tullydub s'était précipité au palais et avait convoqué les autres Hauts-Conseillers dans l'antichambre du Roi.

Quand tout le monde fut réuni, avec Tim et Tignasse, le vieil homme annonça la nouvelle et s'écria :

« Nous allons tous nous faire massacrer et notre royaume sera saccagé, car l'armée d'Ix est deux fois plus grande que la notre, oui, deux fois plus grande ! »

« Et alors ? » fit Tollydob d'un air méprisant, « ont ils un général aussi grand que moi ? »

« Certes, non, » dit le Conseiller en Chef,  « personne n'est aussi grand que vous. »

« Alors je les affronterai moi-même et je les vaincrai ! » déclara Tollydob en se déplaçant dans la pièce, afin que chacun puisse bien voir que sa tête arrivait au plafond. 

« Mais c'est impossible, mon Général, vous ne pouvez combattre une armée à vous seul ! » contesta Tullydub,  « avec votre taille, vous feriez une cible parfaite pour leurs flèches et leurs haches. »

 

Zixi913 2

 

En entendant celà, le Général devint pâle et se rassit.

« Peut être pouvons nous les acheter. » suggéra le Gardien de la Bourse Royale, en faisant tinter la Bourse qui ne se vidait jamais. 

« Je crains que non, » répondit Tullydub en soupirant, « Quavo le ménestrel a dit qu'ils viennent pour vaincre. »

« Et leur Reine est une sorcière, » ajouta nerveusement Tullydub, « il ne faut pas l'oublier. »

« Une sorcière ? » s'exclama la Princesse Tignasse, avec un soudain intérêt pour le sujet, « à quoi ressemble-t-elle ? »

Mais tout le monde secoua la tête à la question, et Tullydub expliqua :

« Aucun d'entre nous ne l'a jamais vue, car nous n'avons jamais été en bons termes avec le peuple d'Ix. Mais selon nos informations, la Reine Zixi est une très belle jeune fille. »

« C'est peut être celle qui voulait m'apprendre la sorcellerie pour me voler ma Cape Magique ! » dit Tignasse, « et quand elle a vu qu'elle n'y arriverait pas, elle est retournée chez elle pour ramener son armée. »

« De quelle Cape voulez vous parler ? » demanda Tullydub.

« Eh bien, celle que m'ont donnée les Fées. » répondit Tignasse. 

« N'est elle pas multicolore et brodée de fils d'or ? » demanda le Général en Chef avec un vif intérêt.

« En effet, » dit la Princesse, « c'est cela même. »

« Quel pouvoir en particulier possède-t-elle ? »

« Elle exauce un souhait à qui la porte. » répondit elle. 

Les Hauts-Conseillers la regardèrent avec perplexité.

« Alors c'était la Cape que je portais quand j'ai souhaité mesurer trois mètres ! » dit Tollydob.

« Je la portais quand j'ai souhaité atteindre une pomme éloignée. » dit Tellydeb.

« Et je la portais quand j'ai souhaité que mon chien Hirsute puisse parler. » dit Tallydab.

« Et moi je la portais quand j'ai souhaité que la Bourse Royale reste toujours pleine. » dit Tillydib.

« Je ne le savais pas, » remarqua Tignasse, « moi, je me rappelle l'avoir prêtée à Tante Rivette la fois où elle a souhaité pouvoir voler ! »

« C'est merveilleux ! » s'écria Tullydub, « la Cape vous a-t-elle aussi exaucé un souhait ? »

« Oui, » répondit Tignasse, radieuse, « depuis, je suis heureuse. »

« Et votre frère, le Roi, en a-t-il formulé un aussi ? » s'empressa de demander Tullydub.

« Non, » répondit Tim, « pas encore. »

« Alors, pourquoi Votre Majesté ne mettrait pas cette Cape pour souhaiter que la Reine d'Ix soit vaincue ? » demanda le Conseiller en Chef.

« Pas maintenant, » répondit Tim, « je réserve le mien pour autre chose. »

« Mais si nous ne faisons rien, nous allons tous mourir. » protesta Tullydub.

« Alors portez cette Cape vous-même, » dit Tim, « vous n'avez pas encore formulé de souhait jusqu'à maintenant. »

« Magnifique ! » s'écrièrent les quatre autres Conseillers, et le Général en Chef ajouta :  « Cela nous épargnera bien des désagréments, »

« Je vais ramener la Cape. » dit Tignasse, et elle partit la chercher en courant. 

« Et si jamais çà ne marche pas ? » se hasarda Tullydub d'un air inquiet. 

« Oh, mais çà va marcher ! » répondit le Général. 

« J'en suis sûr. » dit l'Intendant.

« Je n'en doute pas un instant. » déclara le Gardien de la Bourse.

« La Cape ne peut pas échouer, » affirma l'Exécuteur, « vous avez vu tout ce qu'elle a déjà fait pour nous ! »

Puis Tignasse arriva avec la Cape; Après avoir soigneusement réfléchi à la manière dont il allait formuler son souhait, le Seigneur Haut Conseiller la mit sur ses épaules et dit d'un ton solennel :

« Je souhaite que nous puissions vaincre nos ennemis et les chasser du Noland. »

 

Zixi913 3


« Cela ne fait il pas deux souhaits au lieu d'un ? » demanda la Princesse, inquiète.  

« Qu'importe, » dit le Général, « si nous parvenons à les vaincre, nous les chasserons facilement de notre Royaume. »

Le Haut-Conseiller retira la Cape et la replia soigneusement. 

« Si mon souhait est exaucé, » dit il d'un air grave, « le pays vous sera très redevable Princesse Tignasse. »

Pendant ce temps, les hommes d'Ix s'étaient placés en rangs de bataille face à l'armée de Nole, ils étaient si nombreux, comparés à leurs adversaires, que même le plus timoré d'entre eux se sentait en confiance, tous se tenaient droits, bombant le torse comme pour montrer à quel point ils étaient braves.

Revêtue de sa cotte de mailles étincelante et montée sur son noble destrier, Zixi les passa en revue, sa plume blanche se balançant grâcieusement au rythme du pas de son cheval. Puis elle harangua son armée, sa voix résonnait aux oreilles de chacun comme le son d'une cloche.

« Soldats du Pays d'Ix, » commença-t-elle, « nous sommes sur le point d'engager une bataille qui nous apportera la gloire. Devant vous s'étend la riche Cité de Nole, quand vous aurez vaincu cette armée et franchi les portes, vous pourrez vous partager tout le butin d'or, d'argent, de bijoux et de pierres précieuses que vous y trouverez. »

En entendant cela, les soldats poussèrent de grands cris de joie, Zixi leur imposa le silence en levant sa blanche main.

« Pour ma part, » continua-t-elle, « je ne veux qu'une Cape qui appartient à la Princesse Tignasse, tout le reste vous reviendra. »

« Mais... » intervint l'un des généraux, « que se passerait-t-il si nous perdions ? »

« Ce serait la disgrâce, » répondit la Reine d'un air hautain, « mais comment pourrions nous perdre alors que c'est moi qui mène l'assaut ? La Reine Zixi a livré des centaines batailles, et elle n'a jamais été vaincue ! »

Ces paroles furent accueillies par des acclamations, car c'était vrai. Cependant, ses soldats n'aimaient guère le silence de cette armée de Nole, qui faisait face à l'adversaire avec calme et détermination.

Celà perturba quelque peu Zixi elle-même, mais elle était loin d'imaginer le pouvoir que la Cape Magique avait donné aux Nolandais. D'une voix puissante, elle lança l'ordre d'avancer, alors la grande armée d'Ix se mit en marche vers les hommes de Nole au son des trompettes et des tambours.

Tim, qui n'arrivait pas à rester enfermé avec toute cette agitation devant les portes de la Cité, prit congé de Tignasse et alla rejoindre le gigantesque Général Tollydob. Bien sûr, il n'était pas habitué à la guerre, et en voyant toute l'armée de Zixi qui s'étendait devant lui, il prit peur et se demanda si la Cape parviendrait à sauver sa Cité de la défaite.

Cependant, les cinq Hauts-Conseillers qui étaient là, n'avaient pas l'air le moins du monde inquiets.

« Quels beaux soldats, » dit Tollydob avec condescendance, « çà me fait de la peine de les vaincre, ils ont si belle allure. »

« Ne laissez pas votre admiration pour l'ennemi interférer dans nos plans, » dit le l'Exécuteur des Hautes Œuvres qui se tenait tout près, les mains dans les poches. 

« Pas du tout ! » répondit le grand Général en riant et en se renfrognant aussitôt, « cependant, je ne peux m'empêcher d'admirer un beau soldat, qu'il combatte pour moi ou contre moi. Par exemple, regardez ce fringant officier qui chevauche à côté de la Reine Zixi, son Général en Chef, j'imagine, n'est il pas appétissant ? On dirait une grosse pomme bien juteuse dans son plastron rouge si seyant, ne pourriez vous le cueillir pour moi, Tellydeb, mon ami ? »

 

Zixi913 4

 

« Je vais essayer, » répondit le Tellydeb, puis il étendit son long bras pour atteindre le lointain Général d'Ix, et il le fit tomber de son cheval en le tirant en arrière.

Au milieu des cris de terreur de l'armée adverse, Tellydeb ramena sa victime en la trainant sur le sol, puis elle fut aussi saisie et solidement ligotée par les hommes de Nole.

« Merci, mon ami. » dit le Général, à nouveau riant et se renfrognant aussitôt, « maintenant, attrapez moi cette jolie Reine, je vous prie. »  

À nouveau, le long bras de l'Exécuteur des Hautes Œuvres s'étendit vers l'armée d'Ix, mais les yeux perçants de Zixi l'avaient repéré, et elle s'était aussitôt rendue invisible grâce à sa magie.

Ne trouvant plus la Reine, Tellydeb se saisit d'un autre de ses officiers et le ramena dans son camp, où les Nolandais le ligotèrent et le placèrent à côté de son camarade.

Un autre cri d'horreur s'éleva dans les rangs de l'armée Ixienne, et comme d'un commun accord, les soldats cessèrent net leur avance. La Reine Zixi réapparut au milieu d'eux et leur ordonna d'attaquer l'ennemi..

Mais les hommes, terrifiés, restèrent sourds à ses appels. Ils se replièrent, franchirent la colline, descendirent vers la vallée en courant, et ils se cachèrent dans les bois jusqu'au coucher du soleil. La Reine Zixi ne parvint à restaurer l'ordre dans ses rangs que très tard dans la nuit.

 

<< Chapitre 12 - Sommaire - Chapitre 14 >>

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire