Dot et Tot au Pays Joyeux - Chapitre 4

Sous les falaises

<< Chapitre 3 - Sommaire - Chapitre 5 >>

Dot et tot 4 1

Tot se leva d'un bond et s'assit sur le siège du bateau en s'agrippant aux rebords. En voyant que le bateau était loin de la terre, il hocha la tête en souriant et il dit  : 

« Maintenant, on voguer sur l'océan, qu'est ce que t'en pense, Dot ? »

« Oh, Tot ! » s'exclama la fillette, « on va se noyer, il faut revenir à la maison ! »

« On n'a qu'à naviguer. » répondit calmement Tot.

« Mais le bateau nous emmène plus loin à chaque minute, on flotte dans le sens du courant et on finira par arriver à l'océan, où il y a des grandes vagues. » déclara Dot, qui avait vraiment très peur.

Mais Tot, lui, refusait d'avoir peur. Alors que le courant les entrainait rapidement, il frappait joyeusement des mains en riant.

« Quel beau voyage ! » se mit il à répéter encore et encore, « hourra ! »

Dot était plus âgée et plus sage, elle savait qu'un bateau pouvait être dirigé avec des rames, et il y en avait justement deux au fond de la coque. Elle décida de tenter d'atteindre la rive, alors quelqu'un pourrait les aider à retourner à Roselawn, qui était maintenant loin derrière.

Difficilement, elle parvint à sortir une rame, c'était lourd à manipuler pour un enfant, elle parvint à en plonger un bout dans l'eau et caler l'autre contre le support. Alors elle commença à ramer péniblement, elle n'avait pas beaucoup de force, et tout ce qu'elle arriva à faire, ce fut de faire tourner le bateau de quelques degrés et le diriger vers les falaises, sur la rive opposée.

Tot prenait plaisir à la voir faire tous ces efforts, il riait joyeusement en entendant la rame clapoter dans l'eau, mais Dot était décidée à atteindre la terre et s'activait désespérément à cette tâche.

Le bateau se dirigeait toujours vers le falaises, quand soudain, la rame échappa des mains de Dot qui tomba à la renverse de son siège.

Elle ne s'était pas fait mal, mais quand elle se releva, elle vit la rame, qui était tombée dans l'eau, flotter hors de sa portée. Ce qui la rassurait, c'était qu'ils continuaient à avancer. D'ailleurs, ils approchaient de la rangée d'arbres et ils arriveraient bientôt sur le bord.

« Çà doit être un autre courant, » dit elle, « et celui là nous emmène sur la berge, j'ai bien fait de ramer, même si j'ai perdu la rame. »

Tot hocha la tête sans rien dire, il appréciait toujours ce voyage inattendu en bateau. Dot s'assit sur le siège à côté de lui et ils regardèrent la rive qui devenait plus distincte à mesure qu'ils s'en approchaient.

Les arbres étaient plus grands qu'ils ne le pensaient, ils poussaient près du bord de l'eau et les branches descendaient jusqu'à sa surface. Dot s'inquiétait en remarquant que la vitesse du bateau augmentait à mesure qu'ils approchaient de la rive.

« Si nous rentrons dans ces arbres, » dit elle, « nous risquons de nous faire mal, les branches peuvent nous griffer atrocement. »

En entendant cela, Tot cessa de sourire et il attrapa la main de Dot qu'il serra dans la sienne.

L'instant d'après, toujours filant à vive allure, ils atteignirent les arbres, les deux enfants furent renversés de leurs sièges par les branchages et s'étalèrent au fond du bateau qui ne s'arrêta pas.

Il avait juste la place pour passer sous les rameaux touffus, et au lieu de buter contre la berge, il fut entrainé à travers une petite ouverture dans la falaise et il continua sa course rapide dans l'obscurité totale !

 

Dot et tot 4 2

Dot et Tot, tous les deux pris au dépourvu par ce danger innatendu, parvinrent à se relever et s'asseoir sur le siège, mais ils ne voyaient rien, seulement une faible lueur derrière eux, là où ils étaient entrés dans ce tunnel caché sous la falaise.

Ils restèrent un moment assis en silence. Dot tendit la main à l'extérieur du bateau pour voir s'il y avait quelque chose, mais il n'y avait que l'air froid et humide tout autour d'eux. Puis elle la leva au dessus d'elle, mais quelque chose lui érafla la paume, c'était le plafond en roche du tunnel qui défilait à toute vitesse.

« Tot, » murmura-t-elle, « je crois qu'on devrait s'allonger au fond, le plafond n'est pas très haut et on pourrait se cogner la tête si on reste assis. »

Tot descendit du siège aussitôt et s'étendit par terre, Dot le rejoignit sans tarder, et ils restèrent ainsi immobiles dans le noir, écoutant l'eau glisser sous la coque du bateau.

À ce moment la fillette demanda : 

« Tu as peur, Tot ? »

« Pas trop, » répondit il avec hésitation, puis, après une longue pause, il ajouta : « un peu quand même. »

« Moi aussi j'ai un peu peur, » dit Tot, « je ne sais pas ce qu'on va faire. »

« Moi, je sais. » déclara Tot solennellement.

« On va faire quoi ? » demanda-t-elle anxieusement.

« Rien. »

Dot n'avait pas envie de répondre à çà, et il s'ensuivit une autre période de silence.

Ils ne semblait pas y avoir de danger immédiat, car le bateau glissait régulièrement avec douceur, ce qui était plaisant, de plus, l'air était délicieusement frais à côté de la chaleur étouffante du soleil à l'extérieur.

Mais il y avait deux choses qui tracassaient Dot, la première, c'était de se retrouver transportée si loin de chez elle, la deuxième, c'était de savoir où conduisait cette rivière souterraine. Elle ignorait s'ils n'étaient pas en train de descendre au centre de la terre, les chances de revoir Roselawn un jour s'amenuisaient à chaque minute.

Cependant, rien n'avait l'air d'inquiéter Tot, l'obscurité et le murmure de l'eau le faisaient s'assoupir, et en peu de temps, il s'endormit profondément, avec ses petits bras potelés autour du cou de Dot.

La fillette se remettait progressivement de sa peur, puisque rien d'horrible ne leur arrivait. Ils étaient en train d'accomplir un long voyage sous les falaises, mais elle savait que çà se terminerait à un moment, et que tôt ou tard, ils reverraient la lumière du jour.

Le bateau continua à avancer jusqu'à ce qu'enfin, alors que Dot scrutait les ténèbres, elle remarqua une faible lueur devant et commmençait à distinguer le plafond rocheux du tunnel qu'ils traversaient.

Elle se redressa et au loin, elle aperçut une lumière ronde comme une pleine lune qui se rapprochait et grossissait, alors elle poussa un cri de joie et réveilla son compagnon.
 

Dot et tot 4 3

« Tot ! Hé, Tot ! » l'appella-t-elle, « on arrive arrive enfin, on va sortir de ce tunnel ! »

Tot se redressa et se frotta les yeux, il regarda l'ouverture avec indifférence, puis il tourna les yeux vers le panier de victuailles et dit d'une voix endormie :

« J'ai faim ! »

Dot et tot 4 4

<< Chapitre 3 - Sommaire - Chapitre 5 >>

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.