Dot et Tot au Pays Joyeux - Chapitre 6

La Première Vallée

<< Chapitre 5 - Sommaire - Chapitre 7 >>

Dot et tot 6 1

L'arcade de pierre n'était pas tellement large, cependant, avant d'atteindre l'autre côté, ils etendirent de joyeux éclats de rire et de nombreuses voix pousser des exclamations, certaines étaient hautes et aigües, d'autres étaient basses et graves, mais toutes avaient le même ton jovial qui suscitait l'intérêt des enfants, ils se demandaient ce qui pouvait causer une telle hilarité.
Puis, si soudainement que les jeunes voyageurs eurent presque peur, le bateau sortit de l'arcade et ils découvrirent le plus beau pays que l'on puisse imaginer.
Comme l'avait dit le Chien de Garde, c'était une vallée, mais le terrain était plat, ils se retrouvaient dans une contrée ensoleillée, parsemée d'arbres aux grandes feuilles, avec un tapis d'herbe et de fleurs qui s'étendait dans toutes les directions.
On ne voyait aucune maison, pourtant, les rues étaient disposées en ordre régulier avec des estrades au lieu de maisons.
Chacune de ces estrades mesurait un mètre de hauteur et quatre mètres de côtés, et elles étaient séparées les unes des autres par des bandes de pelouse parsemée de fleurs.
Le dessus et les côtés étaient recouverts de velours matelassé, avec de magnifiques décorations finement brodées, chacune utilisait des motifs et des couleurs différents, elles étaient toutes uniques en leur genre.

Dot et tot 6 1bis

Sur la plupart de ces estrades matelassées, Dot et Tot virent des groupes de clowns à l'apparence comique, tous habillés de pantalons trop larges, de vestes trop grandes et coiffés de chapeau pointus. On remarquait aussi une grandes variété de couleurs et de motifs dans les costumes, ce qui rendait ces groupes particulièrement agréables à regarder.
Les maquillages de ces clowns étaient fantaisistes et originaux, avec des ronds rouges, bleus ou jaunes sur leurs joues et des points et des traits aussi colorés des yeux et sur leur menton.
Sur les estrades, les enfants en voyaient beaucoup faire des bonds, des culbutes et des sauts périlleux, ou bien jongler avec des balles et tenir de longues plumes en équilibre sur leur nez ou leur menton, tandis que d'autres Clowns se reposaient en les regardant, ils encourageaient leurs collègues avec des exclamations et des rires, et ils taquinaient ceux qui rataient leur numéro.
Alors que Dot et Tot, toujours assis dans leur bateau, regardaient cet étrange spectacle avec émerveillement, un des Clowns les aperçut, il se redressa en poussant une exclamation et se précipita vers la rive, suivi par plus d'une centaine de ses semblables.

Dot et tot 6 2

Les Clowns couraient en bondissant les uns par dessus les autres, faisaient des sauts périlleux, ou marchaient sur leurs mains aussi vite que sur leurs pieds. Ils étaient si agiles qu'en un rien de temps, ils étaient tous attroupés sur la rive en leur souhaitant bruyamment la bienvenue.
Dot s'était mise les doigts dans les oreilles, car le vacarme était assourdissant, et tandis qu'elle se demandait ce qu'elle allait dire à ces joyeuses créatures, elle remarqua un clown richement vêtu qui se tenait en avant des autres et s'inclinait devant elle et Tot. Elle vit ses lèvres qui bougeaient, alors elle retira ses doigts de ses oreilles pour entendre ce qu'il disait.

 

Dot et tot 6 3

Tout le monde parlait en même temps, sur le moment, Dot ne put rien entendre, mais le Clown qui se tenait devant ses camarades frappa trois fois des mains, et aussitôt, les autres se turent et se tinrent immobiles.

Puis, en s'inclinant une nouvelle fois, il lui dit, d'une voix douce et agréable :
« Nous souhaitons la bienvenue au Roi et à la Reine des Enfants dans la Vallée des Clowns ! Nous ne vivos que pour votre plaisir, nous aimons vos sourires plus que tout dans le monde, et ce jour où vous êtes venus nous rendre visite à vos esclaves, ce jour est le plus merveilleux de tous. »
Alors il s'inclina encore une fois et lança son chapeau pointu en l'air, il virevoleta un moment avant de retomber directement sur sa tête. Ce numéro suscita des éclats de voix et des applaudissements, et Tot riait bruyamment en frappant dans ses mains.
Puis le chef des Clowns reprit la parole : « nous ferez vous l'honneur de séjourner dans notre pays, où tout ce que nous possédons vous appartient ? Nous serions extrêmement ravis de vous distraire du mieux que nous le pouvons. »   »
« C'est très gentil de votre part, » répondit Dot, « nous en avons assez de rester assis dans ce bateau, c'est avec grand plaisir que nous acceptons votre invitation. »  
Elle dirigea le bateau vers la rive où une dizaine de Clowns le saisirent et le hissèrent jusque sur l'herbe.
Puis, alors que Dot et Tot posaient le pied sur la terre ferme, tous les Clowns firent un saut périlleux en criant : « Que le spectacle commence ! »
Celui qui leur avait parlé en premier vint leur serrer la main de la manière la plus polie.
« Je m'appelle Flippityflop, » dit il, « je suis le Prince des Clowns, je règne sur cette contrée avec le grâcieux assentiment de Sa Majesté la Reine du Pays Joyeux. M'autoriserez vous à vous escorter jusqu'à ma demeure ? Mais auparavant, j'aimerais savoir vos noms et comment vous êtes parvenus ici. »
« J'm'appelle Tot Tompum, » dit le petit garçon en examinant le visage maquillé du Clown, « elle, c'est Dot Filande. On s'est retrouvé dans ce bateau et on a navigué longtemps, longtemps, et on sait pas comment retourner chez nous. »

Dot et tot 6 4

« Nous sommes ravis de vous avoir parmi nous, quelque soit le moyen par lequel vous êtes venus, » répondit le Clown, « quant à retourner chez vous, cà, c'est un soucis, et personne ne se fait jamais de soucis dans la Vallée des Clowns. Vous pouvez rester aussi longtemps qu'il vous plaira, vous êtes nos invités, et je vous demande de nous considérer comme vos esclaves, car les Clowns ont toujours été les esclaves des enfants. »

Puis il se tourna vers les autres : « mes frères ! » cria-t-il, « permettez moi de vous présenter nos amis, Dot et Tot qui vienne de la Grosse Boule Terrestre, nous sommes tous leurs esclaves, veuillez les saluer ! »
Aussitôt, les Clowns se mirent sur leurs têtes et se mirent à frappant des pieds tous ensemble, comme ils portaient des clochettes d'argent aux chevilles, cela produisait des exquis tintements. Et la vue de tous ces Clowns la tête en bas était si drôle que Dot et Tot se mirent à rire tous les deux en frappant des mains.

Alors Flippityflop pris les enfants dans ses bras et en posa un sur chaque épaule, puis il se mit à marcher dans la rue, les autres Clowns le suivirent en chantant et en dansant.
Le Prince les porta jusqu'à la plus belle estrade et les posa doucement sur la surface matelassée. Puis il fit un saut périlleux, tournant comme l'aile d'un moulin et atterrit grâcieusement à côté d'eux.

« Voici ma demeure, soyez les bienvenus. » dit il.
« Mais ce n'est pas une demeure ! » s'exclama Dot, « une demeure, c'est une maison. »
« Çà, c'est un sofa ! » déclara Tot.
« Non, c'est une véritable maison, » dit Flippityflop, « bien qu'elle doit être différente des demeurs auxquelles vous êtes habitués, venez, entrons. »
Il saisit une bande de soie et ouvrit une trappe dans l'estrade.
« Venez ! » cria-t-il, puis il sauta dans le trou et disparut.
Dot rampa vers la trappe et regarda à l'intérieur, elle vit Flippityflop qui lui tendait les bras.
« Venez ! » répéta-t-il, « je vous rattraperai. »
Dot did not hesitate, but dropped through the opening, and the Prince caught her safely in his arms. Tot followed a moment later, and then the children gazed about them curiously.
Sans hésiter, Dot sauta par l'ouverture et se retrouva en sûreté dans les bras du Prince. Tot la suivit peu après, puis les enfants regardèrent autour d'eux avec curiosité.

Dot et tot 6 5

<< Chapitre 5  - Sommaire - Chapitre 7 >>

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.