Yew, l'Île Enchantée - 22

La Reine de Plenta

<< Chapitre 21 - Sommaire - Chapitre 23 >>

 

 

Si le Prince Merveile ne les en avaient empêché, les soldats de Kwytoffle auraient pendu leur ancien maître pour les avoir abusés tout ce temps. Cependant, il leur fut accordé d'attacher le faux sorcier à un poteau pour que le capitaine lui donne quelques bons coups de fouet, un pour chaque lettre des mots sauterelle et hanneton. Kwytoffle hurlait en demandant grâce, mais personne ne le plaignit.

Quand ils quittèrent le château, Wul-Takim lui attacha une corde autour du cou, ainsi, en traversant le royaume d'Auriel, dans chaque ville et chaque bourgade où ils passaient, le voleur repenti s'adressait à la foule en criant :

« Voici le terrible sorcier Kwytoffle, qui a menacé de vous changer en sauterelles et en hannetons. Vous voyez, ce n'est qu'un homme ordinaire sans aucun pouvoir magique ! »

Alors le peuple se mettait à rire et jetait de la boue à l'ancien tyran, puis il remerciait le Prince Merveille pour avoir démasqué ce vilain charlatan.

Plus tard l'on fit venir le fils de l'ancien roi, il prit les fonctions de souverain qui lui revenaient de droit, et il gouverna le peuple avec sagesse et bonté. Il restitua aussi tous les biens que Kwytoffle avait volés au peuple, alors le pays redevint aussi riche et prospère qu'avant.

Cette aventure avait grandement amusé les jolies Grand Ki, elles et ses compagnons en rirent encore dans les jours qui suivirent, et chaque fois qu'ils voyaient une sauterelle ou un hanneton, ils ne pouvaient s'empêcher de penser à Kwytoffle, le redoutable sorcier.

Quand ils partirent, le tyran tombé en disgrâce était devenu garçon d'écurie, et il s'occupait des chevaux du nouveau roi..

En se dirigeant vers le sud, ils parvinrent au Royaume de Plenta sans rencontrer d'incident. Plenta était le plus agréable de tous les dominions de l'Île de Yew, il était dirigé par une reine bonne et généreuse, qui accueillit les étrangers dans son palais et donna de joyeuses festivités en leur honneur.

 

 

Le Roi Terribus était l'objet d'une attention particulière, car jusque là, on parlait de lui et de son peuple avec haine et crainte. Mais en voyant son élégante contenance et en entendant sa voix mélodieuse, les gens commencèrent à le considérer avec estime et respect. D'ailleurs, le Terribus était digne de leur amitié, cela depuis qu'il n'était plus un monstre difforme mais un homme ordinaire et qu'il avait interdit à ses hommes de continuer à piller leurs voisins les plus faibles.

Mais parmi les visiteurs de la Reine de Plenta, les plus populaires étaient sans aucun doute les deux belles Grand Ki de Twi. Bien qu'il y eût des jolies filles en abondance dans ce royaume, aucune n'eût pu être comparée aux royales jumelles, leur condition particulière ne faisaient que les rendre plus intéressantes.

Deux jeunes hommes s'étaient approchés des Grand Ki en même temps pour les inviter à danser, et d'une seule voix, elles avaient accepté et s'étaient mises à valser autour la salle en faisant exactement les mêmes pas et en riant au même moment. Mais si l'un des jeunes hommes posait une question à sa partenaire, les deux jumelles répondaient, ce qui causa quelques situations embarrassantes. Cependant, les demoiselles jumelles parvinrent très bien à s'adapter à la façon de vivre des personnes uniques, même si elles avaient parfois la nostalgie de Twi, où tout le monde était comme elles.

Les deux Ki chauves veillaient constamment sur leurs jeunes dirigeantes, et ils les servaient de tout leurs cœurs, mais après toutes ces aventures, rien n'aurait pu convaincre les vieillards qu'il était mieux d'être unique plutôt que double.

Le Prince Merveille fut le véritable héros de la soirée, quant à Nerle, il fut l'objet d'une grande attention due à la popularité de son maître. Il n'avait pas l'air aussi malheureux que d'habitude, quand le Prince lui en demanda la raison, l'écuyer expliqua que l'excitation due à leurs aventures l'avaient guéri de son éternelle insatisfaction ; celle de ne pouvoir obtenir ce qu'il ne pouvait avoir. Quant aux joies de la souffrance, il estimait en avoir suffisamment fait l'expérience, et qu'en définitive, ce n'était pas si agréable que çà.

Wul-Takim n'étant pas un homme très sociable, avait choisi de rester dans les étables royales, il y sympathisa avec les valets, avec qui il fit une bonne affaire en échangeant son grand cheval noir contre deux petits gris et une chaîne en or, .

Le petit groupe passa ainsi plusieurs semaines agréables à la cour de la bonne Reine de Plenta, jusqu'à ce qu'un jour leur parvint une terrible nouvelle qui les entraina dans de nouvelles aventures.

 

 

<< Chapitre 21 - Sommaire - Chapitre 23 >>

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

 

×