Zixi, la Reine d'Ix - 24

Le retour du marin

<< Chapitre 23 - Sommaire - Chapitre 25 >>

 

Le jour suivant, la Reine-Sorcière retourna à Ix avec son armée, pour attendre le retour du marin avec son bandana, et le Roi Tim entreprit de remettre son royaume en ordre.

Le Gardien de la Bourse Royale déterra sa bourse magique, et Tim lui odonna de dédommager intégralement les commerçants pour tout ce qu'avaient détruit les Tourneboules, ils purent ainsi renouveler leurs stocks. Et bien que les voyageurs eussent évité le Noland pendant plusieurs jours, à cause des monstres, de nombreuses caravanes revenaient à Nole avec des marchandises en abondance, si bien que la ville toute entière ressemblait à un immense marché.

Tim ordonna aussi que l'on donne une pièce d'or à chaque famille, ce qui n'eut aucune incidence sur la Bourse Royale toujours pleine, et réconforta le pauvre peuple qui avait tant souffert.

La Princesse Tignasse amena sa malle d'argent au palais de son frère, avec la Cape Magique soigneusement pliée dedans. Craignant de la perdre à nouveau, elle avait demandé à Jikki de ne laisser personne entrer dans la pièce où elle se trouvait, sauf avec son plein accord, après lui avoir expliqué l'importance de ce vêtement.

« Est ce la Cape que je portais quand j'ai souhaité avoir une demi-douzaine de serviteurs ? » demanda-t-il. 

« Oui, » répondit Tignasse, « Tante Rivette vous avait demandé de me la rendre, et vous avez été si négligent que pratiquement tous les Hauts-Conseillers l'ont utilisée avant que je ne la retrouve. » 

« Alors, » dit Jikki, sans prêter attention au reproche, « Votre Altesse voudra-t-elle bien me débarrasser de ces stupides serviteurs ? Ils sont tout le temps sur mes talons, prêts à me servir, mais je suis tellement occupé à servir les autres qu'ils finissent par me perturber. Ce serait bien s'ils allaient servir quelqu'un d'autre, mais ils disent qu'ils ne servent que moi seul et personne d'autre, pas même sa Majesté le Roi. » 

« Je tâcherai de vous aider plus tard, » répondit Tignasse, « mais je ne peux pas utiliser cette Cape avant le retour du fils du meunier. » 

Jikki fut donc obligé d'attendre comme les autres, ses serviteurs étaient devenus un tel fardeau qu'il ronchonnait chaque fois qu'il se retournait et les voyait en rang derrière lui.

Tante Rivette reprit possession de ses quartiers sous les combles du palais, et bien que Tim lui eût volontiers accordé les appartements les plus luxueux, en reconnaissance de son courage quand elle les avait sauvés, lui et sa sœur. Mais la vieille femme préférait la proximité des toits, afin de pouvoir s'envoler plus facilement quand elle voulait faire un tour.

Avec ses grandes ailes et son pouvoir de voler comme les oiseaux, elle suscitait la jalousie des commères qu'elle avait connues quand elle était blanchisseuse. Souvent, elle atterrissait sur le seuil d'une vieille connaissance et lui racontait les aventures extraordinaires qu'elle avait vécues.

Immanquablement, cela provoquait un attroupement d'auditeurs, elle en tirait un plus grand plaisir que de vivre à la cour avec son neveu le Roi.

Le Royaume du Noland retrouva bientôt tous les signes de son ancienne prospérité, les Tourneboules n'étaient plus qu'un mauvais souvenir qu'on évoquait avec un frisson d'effroi.

Les jours passèrent, jusqu'à un matin d'automne, quand un cavalier de la Reine Zixi arriva au galop à Nole et se dirigea en trombe jusqu'aux portes du palais.

 

Zixi924 1

 

« On a retrouvé le marin ! » s'écria-t-il en sautant de cheval, puis il s'agenouilla devant le Roi tim venu à sa rencontre. 

« Magnifique. » dit Tim. 

« La Reine Zixi est actuellement en route pour votre cité, avec la marin entouré de toute une escorte » ajouta le soldat.

« A-t-il le bandana avec lui ? » s'empressa de demander Tim,

« Il le porte, Votre Majesté, » répondit l'homme, « mais il n'accepte de le donner qu'à la Princesse Tignasse en personne. » 

« C'est parfait. » dit le Roi, il retourna dans le palais, puis il ordonna à Jikki de se préparer à recevoir la Reine-Sorcière et sa suite.

Quand Zixi arriva aux portes de la cité, le Général Tollydob l'attendait, revêtu d'un superbe uniforme flambant neuf, et il l'escorta jusqu'au palais. Les demeures étaient pimpantes, ornées de drapeaux et de banderoles, des fanfares jouaient de la musique, et de chaque côté de la rue, des rangées de soldats maintenaient la population à l'écart.

Derrière la Reine venait le marin, entouré des meilleurs soldats de l'armée Ixienne. Il n'avait pas l'air très à l'aise de se retrouver dans un tel apparat, et il chevauchait maladroitement, peu habitué à ce moyen de locomotion.

Enfin, le cortège arriva au palais, qui grouillait de courtisans et de grandes dames en train d'attendre.

On conduisit Zixi et le marin jusqu'à la salle du trône, où le Roi Tim, vêtu de sa cape d'hermine et de sa couronne, se tenait dignement sur son siège royal, avec la Princesse Tignasse à sa droite.

« Votre Majesté, » dit la Reine-Sorcière en s'inclinant grâcieusement, « je vous ramène enfin le marin, Il revient de son voyage, et mes soldats sont aussitôt allés le chercher chez sa mère, près du moulin. Mais il ne veut donner le bandana à personne d'autre qu'à la Princesse Tignasse. »

« Je suis la Princesse Tignasse, » dit Meg au marin, « votre bandana fait partie de ma Cape Magique, auriez vous l'obligeance de me le restituer ? » 

Mal à l'aise, le marin se balança d'un pied sur l'autre, puis il dit :

« Ma mère m'a dit que le Roi Tim m'en donnerait cinquante pièces d'or, que la Reine d'Ix m'en donnerait cinquante autres, et que Votre Altesse me donnerait cinquante bandanas. » 

« C'est exact, » répondit Tignasse, « voici vos cinquante bandanas. » 

Puis Tillydib, le Gardien de la Bourse Royale, compta cinquante pièces d'or, le trésorier de Zixi en compta cinquante autres, et tout cela fit remis au marin.  Alors ce dernier détacha le bandana de son cou et le tendit à Tignasse.

Durant le murmure de satisfaction générale qui suivit, la fillette ouvrit le coffre d'argent qu'avait amené Jikki, elle en sortit la Cape Magique, tenta de placer le bandana du marin dans le trou où il aurait du s'adapter, puis, alors que tout le monde retenait son souffle, elle devint soudainement pâle et s'écria :

« Ce n'est pas le bandana que vous a donné votre mère ! » 

 

Zixi924 2

 

Il y eut un moment de silence, l'assistance posa un regard mécontent sur le marin, puis le Roi se leva de son trône et dit :

« C'est pas vrai ? Tu en es sûre ? » 

« Évidemment que j'en suis sûre, » dit la fillette, « ce n'est ni la forme ni la couleur du morceau manquant. » 

Tim se tourna vers le marin tout tremblant.

« Pourquoi avez vous essayé de nous tromper ? » demanda-t-il d'un ton sévère. 

« Votre Majesté ! » s'exclama l'homme en se tordant les mains, « j'ai perdu le bandana pendant une tempête en mer, j'ignorais tout de sa valeur. Quand je suis revenu chez moi, ma mère m'a parlé de tout l'or que vous en offriez, c'est elle qui m'a conseillé de vous tromper avec un autre bandana. Elle pensait que vous ne verriez pas la différence.  » 

« Votre mère est idiote et malhonnête, » répondit Tim, « et vous serez tous les deux sévèrement punis. Tellydeb, » continua-t-il, en s'adressant à l'Exécuteur des Hautes Œuvres, « emmenez cet homme en prison, et mettez le au pain et à l'eau jusqu'à nouvel ordre. » 

« Pas question ! » s'écria une voix suave, c'était Lulea, la Reine des Fées, debout à côté du trône. 

 

<< Chapitre 23 - Sommaire - Chapitre 25 >>

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire